Horace Jewelry X Katrine Delorme

Par Katrine Delorme

Être collaboratrice pour un blogue, c’est comme me mettre à nue à travers mes mots et tenter de toucher les âmes qui voudront bien me lire. C’est échanger mes opinions avec d’autres. Des autres que je ne connais pas et qui pourront faire ce qu’ils veulent avec mes mots. Les interpréter différemment de ce que j’aurais voulu, les nuancer, les croire, les aimer. C’est beau, la plupart du temps, vraiment.

C’est aussi avoir la chance de collaborer avec des entreprises québécoises, pouvoir tester différents produits et en parler sur les réseaux sociaux. Un produit contre ma plume, si on peut dire ça comme ça. Parfois, ça va même au-delà de ça. On apprend à se connaître un peu, on discute de nos projets, on développe une relation virtuelle de reconnaissance mutuelle. C’est le fun, vraiment.

La plus récente collaboration à laquelle j’ai eu la chance de participer, c’est transformé en co-confection d’un accessoire estival et ça me rend vraiment fière de savoir qu’une entreprise d’ici a eu assez confiance en moi pour prendre mes idées et les réaliser. En effet, alors que nous collaborions ensemble pour un article qui devait être publié sur le blogue et ayant mentionné mon intérêt pour leurs accessoires, plus spécifiquement pour leurs chaînes de lunettes, les filles d’Horace Jewelry m’ont demandé si je souhaitais participer à la création du bijou avec elles. J’ai accepté avec enthousiasme! Un très grand enthousiasme. Parce que peu importe ce que l’on peut en penser, j’aime sincèrement tout le processus qui se retrouve derrière le « testing » de produits, la rédaction d’articles et la création de contenu.

Crédit : @katrinedelorme

Deux modèles sont nés de nos échanges, soit la Katry et la Lorma – en clin d’oeil à mon nom, vous l’aurez remarqué. Je souhaitais que les chaînes de lunettes soient féminines, douces, qu’elles ne prennent pas toute la place, mais qu’elles ne passent pas inaperçues et surtout qu’elles soient lumineuses au soleil. Et je pense que c’est mission accomplie! La première est plaquée or et ornée d’une chaîne argent et or. La deuxième, quant à elle, est plaquée or rose et ornée de petites formes géométriques. Elles sont parfaites pour agrémenter vos looks d’été!

Crédit : @katrinedelorme
Crédit : @katrinedelorme

Je vous invite donc à aller jeter un coup d’oeil sur la boutique afin de les découvrir!

En terminant, voici un petit code rabais : KATRINE10 🙂

Continue Reading

Pour les hommes de votre vie : La gamme Counterman

La fête des Pères arrive à grands pas. Je sais pas pour vous mais lorsque je veux offrir un cadeau à un homme autour de moi, peu importe de qui il s’agit, je ne sais absolument jamais quoi offrir. Mon papa et mon chum sont mécaniciens et très manuels. Les vêtements, les accessoires, les gadgets inutiles et les produits, c’est très peu pour eux. S’ils veulent quelque chose, ils l’achètent ou le fabriquent. Bref, c’est toujours un peu difficile de trouver quelque chose d’original et d’utile à leur offrir.

Je crois que le timing est le bon pour vous présenter, dans le cadre de ma collaboration avec Caroline Gendreau, la gamme Counterman par Beautycounter. Je vous entends déjà me dire que les hommes de vos vies ne sont pas du type « soins de la peau ». Les miens non plus. Sauf que ces produits-là, ce sont des produits qu’ils utilisent déjà pratiquement tous les jours (pain de savon, nettoyant et crème à raser, entre autres) mais adaptés à leurs besoins et à leur peau qui est biologiquement bien différente de celles des femmes. Ce sont aussi des produits plus sûrs, plus sécuritaires et axés sur les résultats, sans ingrédients douteux ou toxiques, mais tout aussi efficaces (sinon plus) que ce qu’ils ont l’habitude d’utiliser. Un cadeau utile qui démontrera que vous souhaitez qu’ils prennent soin d’eux. Je suis certaine qu’ils apprécieront et qu’ils en redemanderont un coup qu’ils auront goûté à ce petit luxe.

Je savais que la peau des hommes était généralement plus épaisse et plus robuste, mais Caroline m’a expliqué le pourquoi de cette différence. En fait, la densité de la peau des hommes est de 25 % supérieure à celle des femmes, ce qui s’explique par la densité du collagène. Leur peau conserve cette densité plus longtemps que celle de la femme. La robustesse de leur peau s’explique aussi par un rasage constant et par un renouvellement cellulaire plus lent, qui perturbe la barrière cutanée. Généralement, leur peau produit plus de sébum que celles des femmes, ça donne donc une peau plus grasse et des pores et follicules plus larges. Pour que ce soit efficace et que ça puisse faire une différence, ça leur prend donc des produits différents des nôtres. La gamme Counterman a été créée pour répondre aux besoins biologiques uniques et spécifiques de la peau des hommes. Toutes les formules de la gamme sont composées du complexe de cellules souches de séquoia aux propriétés régénératrices, ce qui contribue aussi à protéger la peau des facteurs de stress du quotidien.

Qu’est-ce que comprend la gamme? Un nettoyant exfoliant quotidien pour éliminer la saleté, les impuretés et le sébum, une lotion sans huile pour le visage, une crème à raser lissante, un tonique après rasage qui apaise l’irritation, une huile revitalisante pour la barbe, un nettoyant pour le corps au charbon énergisant qui contribue à détoxifier, un pain de savon au charbon ainsi que des cotons toniques clarifiants pour éliminer tout excès de saleté ou de sébum dans le visage. L’ensemble des produits a vraiment attiré mon attention dès le départ. En fait, à part pour la crème à raser puisque mon chum est un barbu, je me suis tout de suite dit que c’était vraiment des produits qu’il aimerait et qui sont parfaitement adaptés à son style de vie. Il arrive plus souvent qu’autrement du travail avec le visage et les bras bien sales, alors à la base, ça lui prend un bon savon exfoliant. J’ai profité du fait que Caroline me prête les produits le temps de quelques photos pour lui en faire essayer quelques-uns et pour lui présenter l’ensemble de rituel pour la barbe. Son verdict? Enfin des produits nettoyants efficaces qui ne nécessitent pas un frottage extrême pendant 20 minutes. Il a tout de suite adopté le nettoyant pour le corps au charbon et le nettoyant exfoliant quotidien. Je crois que ça va devenir des musts. Je ne suis pas surprise car je suis toujours impressionnée de l’efficacité des produits au charbon. Il a bien aimé l’huile pour la barbe qui ne produit pas d’effet de luisance ni de lourdeur. Finalement, il a aussi testé un coton tonique clarifiant en ayant au préalable nettoyé son visage à l’eau et le résultat est impressionnant; le coton est devenu noir. C’est là qu’on voit que la saleté se loge vraiment dans la peau.

Comme l’ensemble des produits de Beautycounter, les produits Counterman sont parfumés avec des ingrédients naturels et ne comportent aucun parfum synthétique. Chaque ingrédient est choisi avec soin selon les meilleures procédures et tests de sélection de l’industrie. Inspiré par le séquoia, le nettoyant, les cotons toniques, l’après-rasage et l’huile pour la barbe sont parfumés d’huiles essentielles de bergamote et de vétiver, pour un résultat naturel, frais et boisé. Quant à eux, les produits au charbon ont comme arôme un mélange d’huiles naturelles d’agrumes, de menthe, de romarin et de cèdre. Le résultat est parfait; masculin, frais et pas trop prononcé. On est loin de l’odeur des produits pour hommes disponibles à la pharmacie. Finalement, la lotion sans huile pour le visage et la crème à raser lissante sont sans parfum.

Avant de faire l’achat d’un produit, c’est toujours possible d’en faire l’essai pour quelques jours en contactant directement Caroline Gendreau via sa page facebook : une belle occasion de valider ce qui convient le plus à notre peau. Bon magasinage!

Continue Reading

Choisir une crème solaire

Choisir une crème solaire, ça peut paraître simple. Mais plus je m’informe, plus j’en apprends sur le fonctionnement d’un écran solaire et sur l’impact des ingrédients qui s’y retrouvent, plus je remets en doute mes habitudes, plus je suis sensibilisée à ce que j’applique sur ma peau et encore plus sur celle toute fragile de mon fils.

J’ai eu l’opportunité de discuter crèmes et écrans solaires avec Caroline Gendreau, consultante pour Beautycounter. Si vous vous souvenez, j’avais eu l’occasion de vous parler de la marque et des produits que j’avais eu la chance d’essayer cet hiver (ici). Beautycounter offre également la gamme Countersun, gamme de produits solaires sans filtres chimiques.

Pour ma part, je n’avais premièrement aucune idée de la différence entre les filtres chimiques et les filtres physiques. Bien sûr, je me doutais que les filtres chimiques, c’était moins bon, mais pour quelle raison, je ne le savais pas. Caroline m’a expliqué que lorsqu’ils sont activés par le soleil, les filtres chimiques absorbent l’énergie des rayons UV en produisant une réaction à la surface de la peau puis la libère dans l’air sous forme de chaleur. Ils sont populaires, car ils sont faciles à appliquer et que le fini sur la peau est transparent et agréable. Par contre, il y a des risques pour la santé. Ils pénètrent tous hyper facilement dans la peau (c’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils se retrouvent dans notre sang en moins de 24 heures) et perturbent la fonction hormonale. Les filtres chimiques les plus utilisés sont l’avobenzone, l’oxybenzone ou l’octocrylène et ils se retrouvent dans la vaste majorité de ce qui est offert sur le marché. Des études ont d’ailleurs démontré que l’oxybenzone (le filtre chimique le plus utilisé, mais aussi le plus inquiétant) se retrouve dans l’organisme de presque tous les Américains, y compris dans le lait maternel des femmes.*

Quant à eux, les filtres physiques aussi appelés écrans solaires minéraux ou inorganiques sont formulés avec de l’oxyde de zinc et du dioxyde de titane. Ces particules se posent à la surface de la peau et agissent comme barrière physique (souvent blanchâtre) servant à disperser les rayons UV nocifs pour les éloigner de la peau. L’oxyde de zinc procure une protection complète contre les rayons UVA et UVB. Le dioxyde de titane quant à lui est un composé très réfléchissant. Par contre, ce dernier peut possiblement être cancérigène lorsqu’il se trouve dans des produits en aérosol, il faut donc faire attention à ce qu’on choisit. L’écran solaire minéral est l’option la plus sûre selon l’EWG. Il faut quand même porter attention aux ingrédients des différentes marques, car elles peuvent tout de même contenir des parabènes ou être contaminées par des agents qui eux, peuvent être cancérogènes.

Tout ça m’amène à vous parler des produits de la gamme Countersun. La mission de Beautycounter étant d’offrir des produits 100% sains, tout ingrédient dont on n’a pas encore pu prouver une incidence ou non sur la santé ne se retrouve pas dans leurs produits. Toutes les mesures sont prises pour pallier aux préoccupations, lors de chaque étape de fabrication de chacun des produits. Dans le cas de leur gamme de produits solaires par exemple, ils ont choisi d’utiliser de l’oxyde de zinc de grosseur non nano avec des particules en moyenne 10 fois plus grandes que celles pouvant être inhalées et potentiellement logées profondément dans les poumons. Au niveau de l’emballage de la brume solaire, il est conçu pour émettre de plus grosses gouttelettes qu’un aérosol traditionnel, sans produit chimique propulseur, réduisant donc non seulement les risques d’inhalation au maximum, mais permettant aussi une application visible, plus facile et plus uniforme. Tout cela fait en sorte que même leur brume solaire minérale ne pénètre pas dans les couches de la peau et est minimalement inhalable.

Dans la gamme Coutnersun, on retrouve la crème, l’écran en bâton, la brume et deux belles nouveautés : la brume solaire minérale teintée et le gel fraîcheur après-soleil. Personnellement, j’aime beaucoup le concept de la brume teintée. Ayant la peau très très pâle et plusieurs cicatrices d’acné, ça vient uniformiser mon visage (en plus de le protéger avec son FPS 20), tout en m’évitant d’appliquer un fond de teint. Un must quotidien. Quant à elle, la crème solaire minérale FPS 30 est vraiment celle que vous devez vous procurer si vous voulez une protection physique efficace pour toute la famille (enfants de plus de 6 mois). Formulée avec du zinc non nano et du pavot de Californie, elle est douce, nourrissante et se fond sur la peau pour un minimum de résidus blancs (je confirme). Elle résiste également à l’eau pour 80 minutes. Finalement, ma trousse d’essentiels se complète avec le bâton solaire pratique à trimbaler et le gel fraîcheur après-soleil qui sent trop bon et qui apaise à merveille.

J’espère que ça aura pu vous aider à faire un choix un peu plus éclairé. Pour magasiner la gamme Countersun, c’est ici. Je vous invite aussi à suivre Caroline Gendreau sur Facebook pour en apprendre plus sur le beau mouvement Beautycounter. N’hésitez pas à lui poser toutes vos questions.

*Article d’où provient l’information : blog.labonneattitude.com

Continue Reading

Suggestions lecture | Édition printanière 2019

Par Katrine Delorme

Dernièrement, j’avais un peu mis mes livres de côté, l’envie n’y était plus. Toutefois, lorsque j’ai reçu les livres présentés ci-bas, je me suis dit que je n’avais pas le choix de m’y remettre. En espérant qu’ils vous plairont autant qu’à moi! Bonne lecture!

Si j’avais un dauphin, je l’appellerais Stéphane (mais j’aimais bien aussi Suzanne) – Blandine Chabot (Éditions Au Carré)

Un deuxième tome pour Blandine Chabot, cette auteure rafraîchissante. J’étais complètement tombée sous le charme du premier, Si j’avais un perroquet je l’appellerais Jean-Guy (parce que Coco est déjà pris). Drôle, vif, surprenant, il n’en fallait pas plus pour que je souhaite connaître la suite. Celle-ci débute avec un retour en arrière au cours duquel nous en apprenons plus sur François, le premier vrai amour de notre Catherine de Russie préférée. Un ton plus sombre nous accompagnera à travers ses pages puis au fil du temps et du retour au moment présent, l’humour bien décapant de l’auteure retrouve son chemin vers son amour actuel avec Jean-Philippe et sa nouvelle vie professionnelle.

Crédit : Instagram @katrinedelorme
Femmes de tête – Ève Lévesque en collaboration avec Élise Jetté (Éditions du Journal)

Ce recueil nous en apprend davantage sur 13 femmes qui ont su faire vivre leurs idées et les concrétiser en projets et j’ai trouvé cela intéressant de découvrir les visages qui se cachaient derrière certaines entreprises ou réalisations que je connaissais déjà. Lorsqu’on côtoie un endroit ou encore que l’on tient un livre dans nos mains, on ne réalise pas toujours l’ampleur du travail qui a mené à sa réalisation, et pourtant! Des histoires de réussite et d’embuches surmontées, on en entend souvent, mais plus rarement celles qui ont pour tête d’affiche une femme. Et c’est l’fun de lire ça. Ce que je retiens? Avoir et respecter la ligne directrice derrière son projet afin de ne pas en perdre l’essence, voir à petit et long terme et finalement être organisé. Un livre motivant!

Crédit : Instagram @katrinedelorme
Ne pas toucher s’il vous plait – Andrée-Anne Brunet (Groupe Librex)

Au quotidien, dans mon contexte professionnel, je côtoie souvent la tristesse, la colère, la déception et parfois même la détresse, ce qui fait que parfois j’ai besoin de m’évader dans un livre léger qui me fera voyager d’amour en cocktail en amitié même si c’est un peu cliché. Cette histoire a eu l’effet que je recherchais, me distraire, en plus de me faire réfléchir à ma perception de la fidélité et à la place des besoins individuels dans une relation de couple. Vous suivrez le parcours de Clara, travailleuse autonome sur le web pour différentes entreprises, qui part voyager au Bélize seule durant plus d’une semaine. Un voyage qui devait initialement la rapprocher de son amoureux, mais qui la rapprochera peut-être d’un autre? Qui sait! Bref, un roman feel good, dans l’ère du temps, qui saura ensoleiller vos journées les plus grises comme il l’a fait avec moi!

Crédit : Instagram @katrinedelorme
Il n’y a pas de hasard, que des rendez-vous – Rita Badraoui (Éditions Le Dauphin Blanc)

Je pense sincèrement que la lecture est une question de timing. Il faut être prêt mentalement et psychologiquement à recevoir l’histoire qui se dessine devant nous. Un livre que nous aurions profondément aimé à un certain moment peut devenir lourd ou superficiel à un autre. J’avais débuté ce libre et refermé la couverture. Ce n’était pas le bon timing. Puis, lorsque je décidé de lui donné une deuxième chance, je l’ai dévoré en quelques jours à peine. J’étais rendue là. À cette histoire-là. Celle de Nina qui découvre une auberge spéciale, l’auberge de Vie. Son séjour dans ce bout de paradis lui permettra de s’affranchir de ses blessures du passé et de faire la connaissance de gens qui la guideront vers des chemins plus doux. Un roman-thérapie qui m’a fait du bien, dont j’avais besoin au moment de lire ces lignes. Voici quelques phrases qui m’ont fait vibrer :

« Where attentons goes, energy flows. »
« La vie est telle que vous croyez qu’elle est. »
« Méditer, c’est laisser passer les pensées qui traversent notre esprit comme on voit passer des nuages dans le ciel. »
« Il faut se donner la permission d’être humain et de vivre des émotions. »

Crédit : Instagram @katrinedelorme
Quelle sera votre lecture du printemps?
Continue Reading

Coups de cœur printaniers

Par Katrine Delorme

Sérum visage pour parents fatigués – Les produits Bër

Je vous avais déjà parlé de cette entreprise dans un précédent article où je vous présentais le baume karité. Les mamas bër proposent maintenant un deuxième produit corporel, soit le sérum visage pour parents fatigués. Celui-ci est à base de macérât de carottes et de fleurs de calendula, 100% naturel, végane et non testé sur les animaux. Il laisse la peau hydratée sans être grasse et personnellement c’est exactement ça que je recherche! En plus, c’est super facile à appliquer, il ne suffit qu’une à deux gouttes sur le visage. Bref, un autre super produit qui démontre que la qualité est préférable à la quantité!

Crédit : Instagram @katrinedelorme
Gamme enrichie d’avoine pour peau sensible – ATTITUDE

Ce n’est pas un secret, chez Citron & Fleurs on tripe sur la compagnie québécoise ATTITUDE. Leurs produits sont naturels, à bas prix, et se trouvent en pharmacie, ce qui les rend accessibles à tous. J’ai eu la chance d’essayer plusieurs gammes au cours des derniers mois et celle enrichie à l’avoine est sans contredit ma favorite! Le shampoing et le revitalisant donnent du volume tout en laissant le cheveu hydraté. La crème ainsi que le savon pour les mains, quant à eux, rendent la peau douce tout en laissant une odeur subtile et rassurante d’avoine qui nous accompagne au courant de la journée. Un réel coup de coeur et je ne manquerai pas de m’en procurer à nouveau lorsque j’aurai terminé mes précieux pots!

Crédit : Instagram @katrinedelorme
Livre : Tables véganes, menus d’ici et d’ailleurs – Groupe Librex

Je ne suis pas la plus grande des cuisinières et j’ai longtemps été difficile côté nourriture. Avec les années, je me suis ouverte à de nouvelles saveurs et je suis toujours surprise de « finalement aimer ça ». Dans une ère où nous sommes de plus en plus sensibiliser à l’impact qu’ont nos choix alimentaires sur notre environnement ainsi que sur la planète, je trouve intéressant d’essayer des recettes qui me permettent de découvrir des repas colorés et sans viande. Ce qui rend cet ouvrage différent, c’est qu’il est subdivisé par pays plutôt que par le traditionnel «déjeuner-diner-souper», permettant de concocter une tablée vietnamienne, péruvienne, jamaïcaine, italienne ou encore un agréable mélange de tout cela d’un seul coup!

#Passionbarrette : Womance – Horace jewelry – Boutique Le compas

La plus grosse tendance ce printemps? Assurément les barrettes. Accessoire pour cheveux ultime, la barrette permet d’ajouter un petit quelque chose à toutes les chevelures. J’ai zieuté le web à la recherche des clips parfaites et j’ai succombé à celles proposées chez Womance, Horace Jewelry et la boutique Le compas. Toutes différentes, une sera idéale pour tenir un chignon alors que l’autre vous aidera à maintenir votre demie-couette en hauteur durant toute la journée. Mes préférées? La Vigi, la Barba et la Acoro par Womance ainsi que la Lilas et la Tortoise de Horace Jewelry et finalement la longue barrette tachetée de la boutique Le compas!

Crédit : Instagram @andreanne_mar
Crédit : Instagram @boutiquelecompas
Sac de taille : Lambert – Vans off the wall

Mon dernier coup de coeur, mais non le moindre, le fameux sac banane. Je le trouve parfait pour « trainer » l’essentiel que ce soit lors d’une soirée en ville ou encore en voyage. Différents modèles sont offerts cette année et bien que ce soit deux styles complètements différents, le sac Gabrielle 4-en-1 de l’entreprise québécoise Lambert ainsi que le suma time waist pack proposé par Vans off the wall me font de l’oeil. Lequel me conseillez-vous?

Crédit : vans.ca
Crédit : designlambert.com

 

Continue Reading

Vêtements pour tout-petits : Mes marques québécoises préférées

Depuis qu’Alexis est au monde, je prends plaisir à découvrir des marques québécoises qui nous ressemblent. Mon fils étant rendu à un peu plus de 18 mois déjà, j’ai maintenant une bonne idée de ce qui lui fait le mieux, de ce qui a été utile/durable et de ce qui nous a particulièrement plu au niveau des vêtements. J’ai décidé de vous présenter les marques qui nous ont conquis et qui font maintenant partie intégrale de sa garde-robe.

Nine Clothing

C’est grâce à cette marque que j’ai découvert les vêtements évolutifs. J’ai acheté mes deux premières paires de pantalons à la Braderie du bébé en 2018, alors qu’Alexis était âgé de 4 mois. J’avais opté pour le modèle jaune moutarde (gros coup de coeur) et le noir, un classique. C’est là que je me suis rendu compte que c’est vraiment ce que ça me prenait pour mon bébé. Il passait la majorité de son temps en pyjama parce que l’ensemble des pantalons que j’avais acheté neuf ou usagé ne lui allait pas; taille trop grande, jambe trop large et trop courte… bref, le fit des pantalons évolutifs était parfait; il pouvait faire tous les mouvements qu’il voulait sans inconfort et sans les perdre. Il a porté les 0-12 mois jusqu’à ses 15 mois, vous dire comment ils ont été rentables! On a aussi adoré le chandail évolutif noir et gris; je vais sans doute le commander en plus grand pour l’automne prochain.

Crédit : Instagram @nine9clothing
Jules & Nolan

Ça faisait une bonne année que je zieutais leurs réseaux sociaux. Récemment, les deux chandails pour garçon pour lesquels j’avais des coups de cœur depuis le début (manches longues, motifs d’oiseaux et rayé) sont tombés en solde; j’ai sauté sur l’occasion. Je CAPOTE sur la douceur et la qualité du tissu. Je ne m’attendais pas à ça! Je les ai lavés à plusieurs reprises déjà et ils sont également demeurés impeccables. Le fit est parfait sur Alexis (en plus, il passe la journée à le montrer à tout le monde en disant « oiseau ») et je peux les agencer pour n’importe quelle occasion. Jules & Nolan ont aussi de magnifiques vêtements pour femmes (je veux une tunique!) ainsi que des belles literies et décorations. La collection PE-2019 vient aussi tout juste de sortir et elle est magnifique, j’aurais déjà dévalisé la collection au complet, si j’avais eu une petite fille. Ça vaut la peine que vous alliez y jeter un coup d’œil.

Coton Vanille

L’histoire de l’entreprise débute par le désir de Myriam de fabriquer un pantalon évolutif pour sa petite à naître. Maman de 5 enfants, elle trouve le concept de ce pantalon qui grandit avec l’enfant pratique et économique. Elle prend alors la décision de se lancer en affaire. De là naîtra ce qu’elle aime appeler son sixième enfant, Coton Vanille. Ses vêtements se retrouvent désormais aux 4 coins du Canada, elle a vraiment de quoi en être fière. Récemment, j’ai craqué pour deux paires de pantalons de la collection « Tout en jeans ». Puisque je n’arrive jamais à trouver une paire de jeans qui fasse à Alexis, ce fut l’option idéale. Ça fait beau parfois de faire changement du style jogging pour quelque chose qui fait plus chic et c’est le cas avec les deux paires que j’ai achetées (jeans noirs et jeans bleus). Les tissus sont épais et de qualité. Je tiens toutefois à vous dire que les modèles sont plutôt étroits, si je compare à d’autres compagnies (par contre, ils sont très extensibles). Ici, c’est parfait parce que j’ai un modèle aux minis cuisses, mais pour les petits un peu plus costaud que le mien, il faut s’attendre à un effet un peu plus slim.

Crédit : Instagram @cotonvanille
Little Yogi

Je ne pouvais pas passer à côté de Little Yogi, un grand classique en terme de pantalons évolutifs! J’aime habituellement les vêtements neutres (mon premier achat a d’ailleurs été la paire de harems à poches sable rouge uni), mais j’avoue avoir un faible pour les motifs uniques et dessinés à la main par la propriétaire. J’ai récemment passé une nouvelle commande où j’ai choisi une paire à motifs ainsi qu’une camisole de la nouvelle collection d’été. Puisque Alexis possède plusieurs t-shirts et chandails très simples, je n’aurai pas de mal à les agencer et ça va faire un petit plus à sa garde-robe. Les vêtements Little Yogi sont faits de bambou biologique (70%) et de coton biologique (30%). Ils sont donc légers, doux, confortables, absorbants et ils conservent la chaleur du corps (idéal pour les nouveau-nés).

Crédit : Instagram @littleyogicompany
Bajoue

Ah mon dieu, Bajoue! Par où commencer? Je suis tombée sous le charme dès que j’ai posé les yeux sur leur page Instagram. Je me suis retenue longtemps, mais j’ai finalement acheté la veste de laine et le t-shirt « bajoue » à Alexis. C’est d’ailleurs le petit kit qu’il porte sur les nombreuses photos prises par Laurie-Anne Thuot – Photographe que vous avez pu voir sur mon compte Insta. La qualité du tissu (et même celui du t-shirt) m’a vraiment impressionnée. Dans le cadre de la sortie de la nouvelle collection, on a eu la chance de recevoir un petit foulard ainsi qu’un bonnet couleur cannelle. Les couleurs sont vraiment dans notre palette! Je viens de passer une commande pour la sublime veste de jeans qui sera le parfait complément à ses petits outfits de printemps. Éventuellement, j’aimerais aussi lui acheter le pull couleur savane et les pantalons « bagnoles » (ah et une salopette aussi!).

Zak & Zoé

Je finis par mon top 1, mon plus gros coup de coeur, Zak & Zoé. Pourquoi? Parce que tous les produits sont de couleur neutre (et unisexes pour la plupart), parce que le fit sur mon bébé est impeccable, parce que tous les vêtements sont faits de Bambou (trop trop doux), parce qu’ils sont abordables et parce qu’en plus de tout ça, la livraison est toujours gratuite sur les commandes de plus de 20 $. Leurs vêtements sont dessinés et conçus au Québec, l’entreprise vise la durabilité, l’aspect naturel et le respect de l’environnement. Quand Alexis avait environ 5 mois, j’ai commandé 4 paires de pantalons (gris pâle, gris foncé, kaki, noir). Il les a portés jusqu’à tout récemment (18 mois). Pendant tout ce temps, je n’ai pas eu à me casser la tête ni à lui acheter de nouveaux pantalons. Vous imaginez? Il les a portés pendant plus d’un an et ils sont encore en parfait état, ce qui me permettra de les réutiliser si nous avons un deuxième enfant, que ce soit une fille ou un garçon. Même chose pour les shorts et les deux t-shirts que j’avais achetés l’été dernier. Je commencé à me rééquiper dans la taille suivante (12-24) parce que je sais que ça vaut la peine et que pour nous, c’est vraiment un match parfait côté coupe et côté style.

Crédit : Instagram @zaketzoe

Parmi les marques que je continue de zieuter, mais auxquelles je n’ai pas encore succombé (pas le choix de me mettre des limites), il y a Betty & Billy (les collections Petit Jardin et Forêt Nordique sont MAGNIFIQUES) ainsi que Liv & Léa (particulièrement si vous avez une fille, vous allez capoter). Vraiment, que du beau!

Et vous, quelles sont vos marques
de vêtements favorites pour tout-petits?

Crédit photo de couverture : Facebook @zaketzoe

Continue Reading

Couches lavables : S’équiper

Par Paméla Boisvert

C’est bien beau de vouloir embarquer dans cette belle aventure de couches lavables, mais qu’est-ce que ça prend pour débuter?

Des couches!

Ah bien oui c’est assez évident, mais quelles couches? Parce qu’il y a beaucoup de modèles et de compagnies, mais lesquelles seront les bonnes pour votre bébé?

Crédit : Paméla Boisvert

Le meilleur conseil que je peux vous donner est d’en acheter de plusieurs compagnies pour avoir un lot varié. Une entreprise que j’adore est la boutique Aux p’tits cadeaux. Ils ont vraiment beaucoup, mais beaucoup de choix, autant de confections locales qu’internationales! Le shipping est gratuit dès que vous achetez pour 100$ et c’est livré en 2-3 jours max. Ils gardent beaucoup de couches, mais aussi tout ce qui entoure ce monde et encore plus! C’est vraiment une belle boutique avec un excellent service. Je vous la recommande fortement! Et si vous avez lu le premier article de la série, vous vous souvenez que j’avais appelé le proprio d’une boutique et bien c’était celle-ci! Service à la clientèle 10/10!

Combien de couches ça prend?

Au début de mon parcours, comme je ne voulais pas investir pour finalement décider d’abandonner le projet, j’avais seulement acheté 4 couches de compagnies différentes. Par la suite, j’en ai racheté à coup de 8-10 couches, de compagnies que je préférais pour atteindre un lot de 24 couches. On recommande entre 18-24 couches. Personnellement, comme j’utilise les couches aussi la nuit, je songe m’en racheter 4-5 pour laver aux 4 jours au lieu de 3.

Une crème de change compatible

Si vous ne le saviez pas encore, il ne faut pas mettre de crème à base de zinc sur les fesses de bébés, car ça tache les couches, et ce, même avec un feuillet jetable (je l’ai essayé, faites pas ça!).

Voici un petit tableau pour comprendre quelles crèmes utiliser et quelles ne pas utiliser :

Crédit : L’empreinte des bébés loups

Ma préférée est celle de la compagnie Douce mousse. Au premier regard elle semble étrange, car elle est dure et vous devez la travailler pour l’appliquer, mais elle hydrate vraiment bien et protège les foufounes de bébé alors on aime!

Crédit : Paméla Boisvert
Un sac imperméable

Bon on va se le dire, quand j’ai acheté mes 4 couches pour essayer, je n’en ai pas acheté tout de suite. J’ai simplement récupéré un sac en plastique avec une fermeture éclair (donc imperméable) qui contenait une douillette.

Quand j’ai décidé de m’équiper pour vrai, je me suis acheté un sac de la compagnie La petite ourse et je l’adore! Il dispose d’une grande fermeture éclair au fond du sac, donc vous insérez votre sac rempli de couches sales dans la laveuse et ouvrez tout simplement la fermeture éclair et il se videra de lui-même durant le lavage, c’est magique! De plus, à l’intérieur du sac, il y a une petite pochette pour mettre vos petites débarbouillettes et elle aussi est munie d’une fermeture éclair dans le bas, on aime!

Crédit : La Petite Ourse

Vous pourrez le trouver sous différents motifs à la boutique Aux p’tits cadeaux!

J’en ai un petit pour le transport aussi qui est bien pratique en sortie! Vous pouvez l’accrocher au sac à couches ou le mettre à l’intérieur, à votre guise! Par contre, il ne contient pas de fermeture éclair au fond, ni de pochette à lingettes.

Crédit : La Petite Ourse
Les feuillets jetables

C’est très facultatif, mais bien apprécié quand on commence à utiliser les couches lavables. D’avoir à laver des couches sales peut déjà en freiner quelques-uns, si en plus elles sont pleines de … ça peut stopper l’envie assez rapidement! Dans le fond (on dirait que je fais beaucoup de jeux de mots sans m’en rendre compte haha!), le feuillet sert à ramasser le plus gros. Ceux qui ont des bébés allaités exclusivement semblent dire que les selles sont tellement liquides qu’elles passent à travers le feuillet et donc qu’il est inutile. Avec mon bébé nourrit de préparation pour nourrisson, c’est assez pâteux alors le feuillet est très apprécié! On le dépose tout simplement au fond de la couche et on le jette à la poubelle au changement de couche. Les feuillets sont biodégradables. Certains les mettent à la toilette, moi je n’ose pas essayer de peur de bloquer ma plomberie.

J’ai essayé ceux de la marque Bummis et je ne les ai pas appréciés. Trop minces, les selles passaient à travers (vous vous souvenez de mon premier article!) par contre, ils sont lavables à la machine quelques fois, donc ça peut faire économiser! Je trouvais aussi qu’ils bougeaient beaucoup dans la couche mais c’est mon opinion personnelle, car j’ai une amie qui les adore!
Mes préférés sont ceux de la compagnie La petite ourse (non je ne suis pas payée pour parler de la compagnie, c’est simplement que j’adore leurs produits!). Ils sont larges et épais, c’est donc très rare que des selles débordent dans la couche.

Crédit : Paméla Boisvert
Savon à lessive

Plusieurs écoles de pensées existent au niveau des savons à utiliser pour laver les couches lavables. Beaucoup utilisent du Tide en poudre parce que c’est ce qui fonctionne le mieux pour eux. Certains prennent tout simplement leur savon à lessive habituel. D’autres disent qu’il faut absolument prendre un savon pour couches lavables pour ne pas nuire à l’absorption. Je vous dirais que rendu là, c’est un peu vous qui choisissez. Un spécialiste (pour ne pas nommer le propriétaire de la boutique Aux p’tits cadeaux, allo Danick!), m’a expliqué que ce ne serait pas la sorte de savon qui causerait une diminution de l’absorption, mais bien la quantité de savon mise dans la brassée. Les inserts seraient donc, à la longue, gorgée de savon, ce pour quoi ils finissent par ne plus absorber.

Personnellement, celui que je préfère est le Nellie’s. Il est en poudre, naturel, et n’a aucune odeur. Il fait autant pour les couches que pour les vêtements de tous les jours. Il s’achète en petite quantité dans les boutiques qui vendent des couches lavables (moi j’avais pris ma petite canne chez Clément) et en grande quantité sur Costco.ca (1100 brassées!). Mes couches sont toujours propres et aucun souci pour l’environnement et la santé de mon bébé!

Crédit : Paméla Boisvert

Point important à retenir : n’utilisez pas de d’assouplisseur, car il pourrait nuire à l’absorption des inserts.

Alors, avez-vous envie de vous lancer ou
vous trouvez que ça semble être un projet irréalisable?

PS : Ce texte est basé sur mon opinion et mes expériences personnelles et ne relève pas d’une thèse de maîtrise. 😉
PS2 : Plus d’infos vous intéresse ou vous croyez qu’on a fait le tour du sujet? Écrivez-moi pour me faire part de vos commentaires, ce serait très apprécié!

Continue Reading

Couches lavables : les raisons de ma transition

Par Paméla Boisvert

On va se le dire, quand tu entends couches lavables, la première chose qui te vient en tête c’est : Ark! Essaye-pas de le nier, j’en suis sûr. Pis t’es pas la seule!

Il y a 4 ans, avant d’avoir mon fils, j’avais des amis dont leurs enfants étaient aux couches lavables et pour être bien honnête, je les trouvais un peu folles (sorry!). Non mais payer un bras pour jouer dans le caca et s’engloutir de lavage quand tu peux simplement acheter une caisse de couches au Costco de temps en temps et jeter ça aux vidanges après, avouez que ça relève de la folie. *Il faut dire qu’il y a quelques années, ça pouvait coûter 600$ et plus un kit de départ, il n’y avait pas tant de choix (compagnies, modèles, braguettes de prix, etc.) et pas ou très peu de villes qui offraient des subventions (d’après ce que je me rappelle). Donc pour de nouveaux parents, ça représentait une énorme dépense.

Pis au premier, comme je vous disais dans mon précédent article, juste d’apprendre à être une maman, c’était déjà big, ajoute par-dessus tout ça un petit bonhomme qui dort pas, pis c’est la mort assurée, you know! En plus, ça avait l’air compliqué sans bon sens : savon à lessive spécial, petits papier en extra à mettre dans le fond (pourquoi acheter des couches lavables s’il y a quand même un morceau qui va dans la poubelle?, crème pour les fesses compatible…) misère, elles se donnaient dont bien du trouble pour rien.

Même si mon côté écolo me criait fort dans les oreilles de me convertir parce que ça n’avait pas de bon sens de jeter autant de couches, je l’ai fait taire parce que je n’étais vraiment, mais vraiment pas prête à m’embarquer dans ce monde pas très magique. Fack, le Costco a fait bien de l’argent avec moi et je n’ai pas aidé à sauver la planète (double sorry!).

Vient ma petite deuxième, une fille! J’étais plus confiante dans mon rôle de maman et mon côté écolo me criait : tu ne vas pas encore jeter 1 million de couches, ça pas d’allure. Je me suis mise à fouiller sur Internet et là, mes yeux ont vu de beaux modèles de couches : plein de rose, de fleurs et de licornes. Mamamia! Aille là, ça me tentait tu tu penses de lui en acheter des couches lavables. Mais il fallait que je convainque l’homme…parce que lui, il ne se laisserait pas impressionner par de belles couches, oh que non! Il fallait que j’aie des arguments en béton…J’ai continué de surfer sur le Web. Puis, je suis tombée comme par hasard sur une page de ma ville qui offrait des subventions. Bingo! À l’achat de 20 couches avec factures, ils te redonnent 150$, oh yeah! Aspect monétaire, check! (Pour vous donner une idée, si vous êtes raisonnable et que vous n’achetez pas juste des couches de confectionneuses à 40$, vous pouvez vous en tirer pour 300-400$, donc entre 150-250$ pour 3 ans de couches, fais le calcul, ça ne coûte vraiment pas cher!)

Puis, l’aspect environnemental me tenait très à cœur. Quand j’ai vu ce qu’un enfant moyen pouvait utiliser comme quantité de couches jusqu’à la propreté, je n’en revenais pas! Je vous mets le tableau ci-dessous pour que vous compreniez de quoi je parle.

Avouez que ce tableau « fesse dans l’dash »! Non mais, une tonne de couches pour un seul enfant! 2500$ à 3500$ en achat de couches jetables! On peut bien être pauvre et détruire notre planète! J’avais donc mon 2e argument!

Et que dire de la fabrication des couches jetables. C’est rempli de produits chimiques. Pâte de bois, plastique, cristaux de polycylate de sodium, tous ces beaux produits pour augmenter l’absorption et l’effet au sec… Est-ce que j’ai vraiment mis ces couches à mon fils pendant 3 ans? Je capotais!

Beaucoup de points positifs, mais quand était-il des points négatifs? Deux brassées de lavage de plus par semaine : c’est pas la mer à boire. Jouer dans le caca : ce point-là j’avoue qu’il était beaucoup moins attirant et même « répulsifiant* » (*À paraître dans le prochain petit Boisvert illustré, pour ne pas faire référence à l’auteur Amélie Dubois hihi). Bon, je suis dédaigneuse, mais je devrais m’en sortir avec des feuillets jetables . Me procurer des produits adaptés : pas le choix! Ça prend de la place 20 couches : mais pas plus qu’une caisse de 100 couches jetables. Qu’est-ce que je fais pour les vacances? Ben je me trouve une laveuse ou au pire j’en achète quelques jetables, on ne virera pas fou avec ça! La garderie : j’en ai parlé avec mon éducatrice et elle est prête à essayer!

Donc finalement, après avoir fait le constat avec mon homme, on a décidé de se lancer. Au début ça n’a pas été facile c’est quand même toute qu’une adaptation! (je vous en parle dans mon précédent article) Mais, on est bien content du résultat! Notre famille trouve encore que ça prend une procédure de 50 pages pour arriver à les installer, mais, avec de la pratique, ils vont y arriver!

Je n’ai pas écrit cet article dans le but de vous convertir, loin de là! Ni pour partir un débat s’il vous plait! Plus pour vous parler de mon expérience personnelle. Peut-être aussi pour vous faire prendre conscience des enjeux et impacts face à ces petites choses qu’on change 10 fois par jour. Et peut-être éclairer ceux qui pourraient se questionner à l’idée de faire le changement ou non. Ce texte est ma propre opinion et je n’ai pas fait de thèse de maîtrise à ce sujet. Nous avons pris la décision conjointement et nous en sommes heureux! Ils vécurent heureux et n’eurent pu d’autres enfants haha!

PS : Si vous voulez allez fouiller les Internet sur le sujet et prendre des renseignements, voici quelques liens pour vous aider :

  • Groupe Facebook Accros aux couches lavables (c’est plus de 20 000 parents qui sont là pour s’entraider les uns les autres et qui contient beaucoup d’info de base pour mieux comprendre ce qui entoure le monde des couches lavables).
  • Plusieurs vidéos sur Youtube, dont celui-ci.
  • Ces deux articles : Canal vie | Maman pour la vie

PS2 : Je prépare un 3e article où je vous parlerai de quoi acheter et où se procurer mes produits préférés pour couches lavables.

Continue Reading

Coups de coeur : deux entreprises québécoises à découvrir

Par Katrine Delorme

Écrire pour un blogue, ça veut parfois dire se mettre à nu et permettre à nos mots d’aller rejoindre d’autres âmes et de les laisser résonner là-bas et ailleurs. D’autres fois, ça veut dire faire des rencontres et créer des liens d’amitiés virtuels. Et encore d’autres fois, ça veut dire collaborer avec des compagnies et découvrir des entrepreneurs déterminés et généreux. J’ai la chance d’être en contact avec les fondatrices de ces deux entreprises et je souhaitais vous en parler aujourd’hui, car j’ai eu des coups de cœur sincères autant pour leurs produits que pour leur approche!

Créations Pacha

Cette entreprise se spécialise dans la confection d’objets en macramé. Passant des décorations murales, aux boucles d’oreilles, aux doudous, aux capteurs de rêves ainsi qu’aux sacs à main, vous y retrouverez de tout! Ce type de créations est vraiment tendance actuellement et personnellement, j’adore celles que j’ai eu la chance de recevoir! Ça ajoute de la texture et de la douceur à un décor comme aucune autre décoration ne sait le faire! Le macramé qui trône dans mon bureau a d’ailleurs volé la vedette à plusieurs reprises sur mon Instagram. Si vous avez envie d’ajouter une petite touche délicate afin d’amener le printemps chez vous, allez jeter un coup d’oeil à leur réseaux sociaux!

Instagram : @creationspacha
Facebook : Créations Pacha

Crédit : @katrinedelorme
Crédit : @katrinedelorme
La p’tite shoppe

Une autre petite entreprise québécoise qui, quant à elle, fabrique des douceurs pour minis. J’ai tout d’abord eu un coup de coeur pour le logo et les tissus utilisés. Je les trouve super mignons sans être trop enfantins, ce qui est un gros plus, car ils pourront être portés plus longtemps. Sur la boutique en ligne Etsy, vous pourrez retrouver des attaches suces, des bouclettes pour cheveux, des hochets, des bavoirs et maintenant des bandeaux avec de belles boucles! Ayant eu la chance d’en recevoir quelques-uns, je peux vous affirmer qu’ils sont de qualités et abordables en plus! Il est vrai, comme je le mentionnais ci-haut, que lorsqu’on écrit pour un blogue, on reçoit des produits et on communique avec beaucoup de personnes, alors je trouve encore plus agréable de pouvoir vous parler de La p’tite shoppe aujourd’hui, car j’ai sincèrement été conquise par la fondatrice qui est d’une infinie gentillesse et d’une grande générosité! Bref, ma fille se promène partout avec son attache suce et j’ai plus que hâte de lui mettre ses petits bandeaux fleuris!

Site web : Etsy LaPtiteShoppe
Instagram : @laptiteshoppe

Crédit : @katrinedelorme
Crédit : @katrinedelorme

Et vous, quelles sont vos compagnies
québécoises préférées?

Continue Reading

Couches lavables : Ma petite histoire

Par Paméla Boisvert

Ça faisait un bout que je parlais à mon chum d’essayer les couches lavables. Même à mon premier on en parlait, mais juste le fait d’apprendre à être parent c’était suffisant donc le projet couches lavables est tombé à l’eau. Réalisant de plus en plus notre impact écologique négatif sur notre belle planète, cette idée de réduire nos déchets en adoptant les couches lavables m’attirait beaucoup.

Puis, une bonne journée, j’ai vu que ma ville offrait des subventions, et vraiment intéressantes. Donc je me suis mise à faire des recherches sur le sujet. Tsé, ça me prenait un rapport complet de 50 pages avec description, points positifs et négatifs, pour réussir à convaincre mon chum. Juste lui montrer des couches de licornes ça ne serait pas suffisant! Pis moi, quand j’ai une idée dans la tête, je n’abandonne pas facilement!

Des vidéos YouTube j’en ai regardé, des sites Internet, j’en ai consulté. Puis, je voulais vraiment faire le changement, alors j’en ai discuté avec le principal intéressé et il a dit oui! Gagné! Du moins, c’est ce que je pensais…

On s’est donc rendu dans une boutique éco responsable près de chez nous pour poser des questions et s’acheter quelques trucs de départ : quelques couches, des feuillets jetables et un savon écolo pour laver les couches (je vous parlerai dans un prochain article de mes produits préférés compatibles avec les couches lavables). La dame nous dit : vous allez voir, c’est facile! Tu mets les inserts (ce qui absorbe le pipi) dans la poche ou sur le dessus, un feuillet jetable pour ramasser le caca, tu mets ça dans un sac, tu laves à un cycle normal dans ta laveuse, tu vas voir c’est merveilleux! Et là, à ce moment, je me suis sentie un petit peu bullshiter (désolée l’expression) parce que j’en avais lu des affaires avant de me rendre à cette boutique, et les cycles de lavage, c’était pas mal plus compliqué que ça, selon ta laveuse, ton eau, pi toute…Alors je suis repartie chez moi avec mes quelques couches, très peu outillée et à la limite stressée.

Crédit : Paméla Boisvert

J’ai commencé par laver les couches et les inserts tel que recommandé et je me suis lancée! Bon, on va se le dire, installer une couche lavable pour la première fois, avec ses 1 million de snaps, ça dû me prendre une demi-heure facile. Et il n’y a pas une compagnie qui a le même fit/modèle, donc c’est à recommencer chaque fois, misère noire…

Et que dire du premier caca! Merci feuillet jetable, qui n’a pratiquement rien ramassé, de m’avoir abandonné si lâchement…il y en avait PARTOUT! J’ai figé! Qu’est-ce que je vais faire avec ça! Je me suis mise à rire, mais rire, en me disant : aille mon chum rirais-tu de moi en ce moment avec ma couche pleine de caca! J’ai donc enlevé le plus gros avec des lingettes, et après, j’ai rincé la fameuse couche sous la douche. Mention spéciale à la douche qui a détrempé mes bas… Puis je l’ai laissé sécher. Finalement, en refouillant sur les Internet, j’ai découvert que j’aurais pu simplement enlever le plus gros et mettre ma couche dans le wet bag.

Le soir arriva et j’avais passé mes 4 couches lavables. Il fallait bien que je les lave, mais comment? Qui disait la vérité? Les blogues et pages Facebook spécialisés en la matière ou la madame du magasin qui en vend à longueur de journée? Faque, j’ai fait ce que j’ai pensé qui était le mieux et c’était propre (avec un cycle de la mort de presque 3 h), mais elles étaient propres!

Crédit : Paméla Boisvert

Il fallait maintenant que ça sèche ces petites affaires-là! Encore là, je ne savais pas comment m’y prendre, car certains disent : mets pas ça à la sécheuse, ça va briser tes couches et elles ne seront plus imperméables, suspends les pas, tu vas étirer tes élastiques… Aille là, ça va faire le niaisage! Donc, j’ai fait ce que je pensais et c’était ben correct.

Mais plus les jours avançaient, plus j’étais découragée, plus je me disais : est-ce que je m’équipe vraiment? Est-ce que ma routine de lavage est bonne? Est-ce que j’ai vraiment de bons modèles pour ma puce?

Crédit : Paméla Boisvert

C’est là que j’ai pris mon courage à deux mains et que j’ai décidé d’appeler une boutique spécialisée pour poser des questions. La dame de la boutique m’a donné le numéro de téléphone du propriétaire pour que je lui pose directement les questions parce que c’était trop complexe… (je déteste téléphoner, et là il fallait que j’appelle le proprio, misère noire…) Ç’a ma pris quelques minutes, puis je me suis lancée. Pour vrai, c’était la meilleure chose qui pouvait m’arriver. Il était vraiment gentil et a pris le temps de m’éclairer. En fait, lui et sa femme ont décidé de fonder leur entreprise parce qu’eux-mêmes étaient découragés d’entendre toutes sortes de choses de gens qui ne s’y connaissaient pas vraiment (je n’étais pas folle, han!). Après lui avoir parlé, j’étais prête à me commander de nouvelles couches/inserts et j’avais une routine de lavage complète yay!

Dans les semaines qui ont suivies, j’ai agrandi mon lot de belles couches lavables avec les compagnies qui faisaient le mieux à ma puce et j’ai fini par être bien équipé, à avoir ma propre routine et je ne regrette pas mon choix! Au début j’aurais dit le contraire, mais en persévérant et en demandant conseil aux bonnes personnes, j’en suis venue à bout et j’en suis fière.

Et vous, avez-vous déjà pensé faire un virage aux couches lavables?

Psst. Dans un prochain article, je vous résumerai les raisons qui m’ont poussées à faire ce virage et des informations utiles si vous voulez vous renseigner sur le sujet.

Pour me suivre et pour me joindre : Instagram @pam_boisvert

Continue Reading