Ne m’en veut pas maman

Par Estelle Berrouard

Il y de ça déjà quelques années, j’ai quitté le nid familial pour voler de mes propres ailes mais il n’y a pas un seul jour où je ne parle pas à ma mère. Nous avons toujours été en bon terme et elle a toujours été là dans les bons et les moins bons moments. Ma petite maman. Ma petite soie. J’ai 22 ans et Maman m’annonce un cancer du sein stade 1.

Je me rappellerai toute ma vie le « blackout » que j’ai eue en l’apprenant. Ma mère a un cancer du sein. Ce mot qui me fait serrer des dents; CANCER. Ma mère dans la quarantaine, en santé. Tant de questions, de rage et d’incompréhension. Pourquoi? Elle a subit une ablation partielle du sein. Une belle guérison. Une TROP belle guérison qui cachait le mauvais qui allait ressortir suite à d’autres tests. Second « blackout ».

J’ai 22 ans et malgré l’opération, ma mère a toujours un cancer.

Ne m’en veut pas maman d’attendre de raccrocher pour ensuite fondre en larmes après avoir prit de tes nouvelles ou de pleurer sans être capable d’arrêter en retournant chez moi. Je sais que tu n’as pas besoin de ça mais moi, si. Je n’ai aucun pouvoir sur ce qui t’arrive et c’est ce qui me fait mal, ce qui me donne envie de crier.  Et tu sais pourquoi? Parce que ma mère a toujours été forte et fière et elle l’est toujours. Pour moi, ma mère est le parfait exemple de l’amour pur, de la justesse et du laisser-aller. Le coeur de ma mère a des ailes qui lui permettent d’aller où elle veut et il est immense. Si tu savais maman la fierté que j’ai lorsque je te regarde, toi, ma mère. J’ai vu mon père essayer de garder la tête hors de l’eau. Un homme incroyable. Cacher sous son allure de clown, il nagera jusqu’au bout du monde pour elle. Je le sais. Il le fait depuis toujours pour nous tous. J’ai 22 ans et j’espère le meilleur pour ma mère.

Cette épreuve en cours m’en apprend beaucoup. Les gens qui se soucient réellement de toi et ceux qui dise te comprendre. Ta mauvaise journée qui ne l’est pas totalement finalement et ton rhume qui s’endure. Suffit de prendre le temps pour réaliser tout ça. Le temps ne nous est pas donné mais emprunté. Le temps est une denrée rare qui mérite d’être savouré à chaque moment où nous pouvons respirer à pleins poumons. Je ne suis pas seule dans tout ça mais personne ne l’est. Je m’autorise à vivre cette épreuve jusqu’au plus profond de mon être car J’AI LE DROIT.

Vous avez le droit de pleurer, de crier, de rire, de hurler ou de simplement apprécier le silence car chaque personne le vivra différemment et ne venez pas me dire que vous comprenez. J’ai 22 ans et ma vision de la vie a beaucoup changée.

Ma mère surmontera tout ça et moi aussi. Que la maladie vous touche de près ou de loin, vous n’êtes pas seul. Un parent, un proche ou un ami, il y aura toujours quelqu’un pour vous écouter ou quelqu’un pour vous accompagner dans cette aventure. J’ai 22 ans et j’espère que mon article vous aura fait un peu de bien.

Continue Reading

Aimer

Par Katrine Delorme

Aimer c’est quoi? C’est pas pareil pour personne. Des fois c’est laid. D’autres fois c’est beau. Mais la plupart du temps, c’est …

Se sentir en confiance

Être vulnérable

Traverser les épreuves à deux

Vivre les joies ensemble

Avoir un peu moins peur quand la peur décide qu’elle prend le dessus

Se réchauffer les pieds contre l’autre

Avoir envie de faire plaisir sans rien attendre en retour

Se réchauffer les mains sur une tasse de thé bien chaude, mais dans le cœur

Vouloir créer des souvenirs ensemble

Rêver d’avenir à deux, de l’avenir qu’on veut

Se permettre d’être totalement soi-même

S’ennuyer ensemble pis aimer ça

Un sentiment qui peut faire tellement mal en dedans pis chatouiller doucement à d’autres moments

Être en désaccord pis continuer de s’aimer pareil

Se chicaner en sachant qu’on a pas envie d’être ailleurs

Laisser-aller. Des fois une personne. La personne. D’autres fois des situations, parce que c’était pas si important que ça dans le fond

Préparer le café avec juste la bonne quantité de lait dedans

Vouloir faire jouir

Écouter les confidences

Flatter les cheveux. Faire des nœuds dedans pis trouver ça drôle

Aimer, c’est tellement d’affaires en même temps, pis c’est ça qui fait que c’est beau.

Continue Reading

La beauté des réseaux sociaux

Par Katrine Delorme

Les réseaux sociaux, on les maltraite beaucoup. On les insulte. On se dit qu’il faut réduire notre utilisation, qu’il faut se déconnecter. Mais pourtant, on les garde toujours près de nous. Jamais bien loin. Ils nous suivent partout.

Et c’est vrai, des fois, il y a du laid sur les réseaux sociaux. Du très laid. Les influenceurs et les vedettes le dénonce de plus en plus et c’est ce qu’il faut. Il faut jamais arrêter de dénoncer. Même Martin Matte en parle dans on dernier show. Des menaces de morts qu’il a reçues. Des mots immondes. Des atrocités qu’aucun humain ne devrait entendre. Même les humains moins gentils.

Sauf que, des fois, il y a tellement de beau. Le regroupement de personnes qui ne se connaissent pas, mais qui partagent des intérêts communs, qui like, qui commentent des choses qu’elles aiment. Qui s’inspirent des mêmes affaires. Qui se réconfortent parce qu’elles ont vécu des choses similaires, des évènements qui se ressemblent tout en étant tellement différents.

Les réseaux sociaux la plupart du temps c’est beau. Du moins pour moi.

D’un point de vue plus personnel, j’ai récemment publié un article sur mon accouchement qui a été difficile. J’ai reçu une dizaine de messages de femmes qui ont elles aussi eu peur lors de ce moment qu’on qualifie du « plus beau de la vie », de femmes qui souhaitaient m’encourager à demeurer positive, me dire qu’elles ont été touchées par mon écriture. J’ai rencontré virtuellement des mères qui normalisent mes sentiments, mes inquiétudes qui m’écoutent chaque jour. Des amies à qui je me confie. Une éditrice à qui je confierais mes secrets les plus secrets sans aucune gêne.

Et ça m’épate. Ça m’émerveille.

C’est grâce aux réseaux sociaux que vous lisez ces lignes, que vous suivez ce blogue et tous les autres qui cachent derrière leur nom des collaboratrices qui prennent le temps de vous parler. À nous de créer du beau et de se le partager dans le respect et l’empathie.

Continue Reading

Mes astuces pour prévenir et traiter l’eczéma

Je fais de l’eczéma depuis que je suis toute petite. Principalement sur les bras, les poignets et les doigts. L’hiver, ce sont vraiment mes mains qui en souffrent. Cette année encore, le mois de janvier aura eu le dessus sur ma peau. Heureusement, au fil du temps, j’ai développé quelques astuces pour reprendre rapidement le contrôle et/ou prévenir les crises le plus possible. Évidemment, je ne suis pas une experte et plusieurs autres aspects comme le stress, les allergies et l’hérédité peuvent entrer en jeu mais j’ai décidé de vous partager les petits trucs qui fonctionnent le mieux pour moi, en espérant que ça puisse vous aider un peu!

Pour prévenir

Utiliser des produits ménagers et savons naturels

Ça, c’est vraiment ce qui a fait la plus grosse différence. Je me suis rendu compte que les savons et produits chimiques, c’était ce qu’il y avait de pire pour ma peau. Il y a quelques années déjà, je me suis mise à remplacer l’ensemble de mes produits ménagers pour des versions naturelles (j’adore la marque Attitude) et j’ai immédiatement éliminé les démangeaisons. Évidemment, j’ai fait la même chose pour le savon à vaisselle (la pire affaire!), le savon pour les mains, le détergeant à lessive (surtout pour ceux et celles qui en font un peu partout sur le corps) et le savon pour la douche. Ce sont des produits qui sont constamment en contact avec notre peau alors ce n’est pas surprenant que ça fasse une aussi grande différence d’utiliser des versions plus naturelles, avec des ingrédients qui ne provoqueront pas de réactions cutanées. Si j’ai à manipuler des produits chimiques, je m’assure de mettre des gants, chose que j’ai souvent négligé. J’ai une amie qui avait beaucoup d’eczéma dans le visage et dans le fond de la tête et la solution a été de changer son shampoing et ses produits pour le visage. Selon moi, c’est vraiment la première étape à faire car les résultats peuvent être surprenants.

Bien se couvrir à l’extérieur

Qui a comme moi l’habitude de sortir sans gants ni mitaines pour aller faire des commissions l’hiver? Ça donne des mains sèches, de la peau gercée et l’eczéma réapparait immédiatement. Mettre une tuque l’hiver et se couvrir la tête d’un chapeau ou d’une casquette l’été peut également être une belle initiative pour prévenir la sécheresse de votre cuir chevelu. C’est super simple et pourtant on ne le fait pas toujours. Dans un même ordre d’idée, essayez de porter des vêtements qui permettent à la peau de bien respirer en tout temps.

Pour traiter

Des crèmes, j’en ai essayé des dizaines et des dizaines. Puis, il y a quelques mois, j’ai eu la chance de découvrir la gamme Aveeno® Soin de l’eczéma qui a, à ma propre grande surprise complètement changé la donne. Tous les produits de la gamme sont conçus à base d’avoine colloïdale pour apaiser la peau sèche qui démange et aider à soulager les quatre symptômes d’eczéma –rougeur, démangeaison, sécheresse et irritation – preuves cliniques à l’appui.

J’utilise la crème hydratante au quotidien sur mes mains mais aussi sur l’ensemble de mon corps. Ça hydrate et prévient à merveille la peau sèche. Ensuite, il y a le baume anti-démangeaison que j’aime appeler mon petit produit miracle. Celui-là, je l’applique exclusivement sur les zones d’eczéma. Il est génial. En quelques jours à peine, j’ai vu disparaître un bon 90% de mon eczéma et j’ai enfin cessé de toujours me gratter les doigts jusqu’au sang. À l’application, le baume est super riche mais pénètre rapidement dans la peau et surtout, ne laisse pas de fini gras. Il est doux et naturel et convient également à la peau fragile de bébé. Mon fils a commencé à en faire un peu derrière les oreilles mais en appliquant un peu de baume après le bain, c’est vite disparu.

Finalement, il y a le nettoyant corporel. Si vous avez tendance à faire de l’irritation facilement avec les savons parfumés, c’est ce que ça vous prend! Il est doux et crémeux. Fini le grattage de jambes après la douche (je parle en connaissance de cause). Le seul point négatif selon moi, qui n’en est pas vraiment un, c’est qu’il ne sent pas grand-chose (normal puisqu’il n’est pas parfumé). On dirait que je me sens moins propre quand mon savon ne dégage pas d’odeur mais ça, c’est juste mental et ça ne lui enlève pas son efficacité.

Ces trois petits produits ont vraiment transformé mon hiver. Depuis que je les ai, je n’ai pas une seule fois eu à utiliser ma crème prescrite à la cortisone. Au prix qu’ils sont, je pense que ça vaut vraiment la peine que vous les essayiez.

J’espère que ces quelques astuces vous aideront à venir à bout de l’eczéma ou du moins, à diminuer vos inconforts. N’hésitez pas à me partager vos trucs en commentaires, on en a jamais trop dans des situations comme celles-là!

Continue Reading

J’ai choisi de ne pas allaiter

Ça n’a pas fonctionné? Pourquoi tu ne l’allaites pas? Tu n’as pas assez de lait? Je ne compte plus le nombre de fois où je me suis fait poser ces questions. Comme si une femme qui donne le biberon à son nouveau-né le faisait toujours par défaut, parce qu’elle n’en a pas eu le choix.

Je pourrais vous dire que c’est parce que mon fils a eu une naissance et un début de vie très difficile, plusieurs problèmes respiratoires et que de téter au sein lui aurait demandé trop d’effort. Je pourrais vous dire que c’est parce qu’il est demeuré longtemps à l’hôpital, que je ne pouvais pas être à ses côtés à tout moment et qu’il aurait de toute façon fallu qu’on lui donne mon lait au biberon. Je pourrais vous dire que c’est parce que je prends quotidiennement des médicaments qui ne sont pas compatibles avec l’allaitement. Je pourrais vous dire que c’est parce que mon bébé n’espace jamais ses boires de plus de 2 heures. Je pourrais vous dire que c’est parce qu’il a une toute petite courbe de croissance et que c’est plus simple pour moi de connaitre les quantités de lait exactes qu’il boit. Je pourrais vous dire que c’est parce que je fais beaucoup d’anémie malgré les suppléments et que j’aurais eu peur de ne pas lui fournir le fer dont il a besoin. Je pourrais vous dire que c’est parce que j’aime que papa puisse aussi le nourrir. Je pourrais vous dire tout ça et plus encore mais la vérité, c’est qu’avant même d’accoucher, avant que tout ça n’entre en jeu, j’avais choisi de ne pas allaiter.

Pour moi, car je n’en avais pas envie. Parce que je crois que je ne suis juste pas faite pour ça. Parce que je trouve ça beau une femme qui allaite mais que personnellement, ça ne m’attire pas. Parce que j’ai une santé mentale fragile à la base et que je crois fermement que cette décision était la meilleure pour moi. Parce que je n’ai pas basé mon choix sur ce que prône la société mais plutôt en fonction de mes propres besoins. Mais aussi pour lui, pour mon fils, car je pense que l’amour que je lui donne est plus important que le lait que j’aurais pu lui offrir. Parce qu’avoir une maman heureuse est sans doute la meilleure chose pour lui. Parce que nos séances de peau à peau et les moments que nous passons ensemble valent plus que tout l’or du monde et parce que je ne crois pas qu’il soit plus malheureux pour autant.

Si la vie me fait un jour cadeau d’un deuxième enfant, ma décision ne sera peut-être pas la même. Mais une chose est sûre, ce sera ma décision.

Alors à toi, femme enceinte, future maman qui doit faire un choix d’allaiter ou non. Tout ce que j’ai envie de te dire, c’est que peu importe ce que les autres souhaitent ou te suggère, choisi avec ton cœur ce qui est le mieux pour toi. Ne te sens pas coupable. Peu importe ton choix, ce sera la bon.

Continue Reading

Nous sommes responsables de notre bonheur

Par Katrine Delorme

Le bonheur. Il est à la mode ces temps-ci celui-là! Un peu partout, on nous donne des conseils afin de nous aider à devenir plus heureux. Faire du yoga, se déconnecter, bien manger, boire de l’eau, faire de l’exercice, prendre du temps pour nous, tous des petits coups de pouce au bonheur qu’ils disent. Ils ont surement raison, en quelque sorte. Mais ce qui peut vraiment nous rendre plus heureux, c’est nous.

Parce que nous sommes responsables de notre bonheur. J’en parle souvent et je l’applique pas tout le temps dans ma propre vie, mais j’y crois fermement.

Bien que nous n’ayons pas de contrôle sur les évènements extérieurs, nous avons le choix de décider l’impact qu’ils auront sur nous. L’interprétation que nous en faisons et les pensées que nous avons en lien avec ceux-ci auront directement une incidence sur notre perception des situations.

Toutes ces petites phrases que nous nous répétons dans notre tête jour après jour, qui se sont forgées une place dans notre subconscient sans que nous le réalisions, peuvent être aussi belles que dévastatrices. L’important, c’est d’en prendre conscience et de tenter de modifier les pensées négatives que nous entretenons, doucement mais surement.

Ceci dit, les émotions « plates » comme la colère et la tristesse ont le droit d’exister, d’être vécues et ressenties. Il faut simplement les encadrer pour éviter qu’elles prennent toute la place. C’est pas mal plus de job d’être en colère que d’être de bonne humeur il me semble.

C’est sur que tout cela, c’est facile à dire pis pas toujours facile à faire. Ce sont des belles paroles qui peuvent facilement s’envoler en l’air lorsqu’on vit des situations plus difficiles. Toutefois, avec le temps, cela peut faire une réelle différence sur notre perception de nous-mêmes et notre attitude au quotidien.

Quelqu’un m’a dit récemment: « Parfois la vie c’est de la marde, mais quand la marde est passée, la vie c’est ce qu’il y a de plus beau! » Pis il pouvait pas avoir plus raison.

Continue Reading

Se sentir vulnérable

Par Katrine Delorme

La vulnérabilité. Émotion difficile à vivre, à supporter.

Qu’est que la vulnérabilité?

C’est ne pas être en contrôle. Le perdre.

C’est avoir assez confiance en l’autre pour qu’il s’occupe de nous, pour qu’il prenne le relais, pour qu’il nous supporte.

C’est avoir peur.

C’est être courageux.

Parfois, montrer sa vulnérabilité c’est essayer quelque chose de nouveau, sortir de notre zone de confort. Ça nous effraie jusque dans nos trippes, mais ça nous rend fiers.

D’autres fois, c’est quand notre corps ou notre tête nous lâche et nous oblige à faire appel à des professionnels pour nous soigner, pour nous aider. Pis ça, c’est tout aussi effrayant que de monter sur scène pour la première fois. Parce que ce numéro-là on l’a pas répété plein de fois dans le sous-sol avant de le présenter en public. On ne connaît même pas les paroles de la chanson ni les pas de danse de la chorégraphie. Il n’y avait pas de date de spectacle de prévue. Ça arrive pis c’est tout. Il faut « juste » l’accepter.

Accepter que parfois la vie nous confronte à des épreuves. Pis là-dedans, y’en a des vraiment laides. Elles sont hideuses tellement elles sont laides. Ça va passer qu’ils disent. Tu vas finir par oublier qu’ils disent. Le problème c’est que des évènements laids de même ça s’oublie pas si facilement. Ça reste pogner dans tête, ça revient même en boucle. Mais eux ils disent qu’on va oublier. Pis on leur répond qu’ils ont raison, qu’on va mieux, parce qu’ils ont besoin de l’entendre. Parce que c’est difficile pour eux de se sentir impuissant devant notre vulnérabilité.

Les affaire laides de même ça affecte beaucoup de monde. Pas juste la personne qui le vit. Ils le vivent à travers elle. Ils se forgent une opinion, ils ont leur propre perception de la situation. Pis ils ont le droit. Faut accepter de partager avec eux pour passer au travers.

Faut accepter de se sentir vulnérable.

Continue Reading

15 leçons de vie à retenir

Par Katrine Delorme

Lorsque j’étais plus jeune et que je regardais les adultes qui m’entouraient, je croyais qu’en vieillissant on devenait sage. Dans le sens de : je-m’en-fou-des-autres-j’ai-trente-ans-pis-j’m’assumecomme-je-suis. Ben je me fourvoyais! J’ai presque vu passé 30 Noëls et je réalise qu’il y a encore des choses que je dois intégrer afin de devenir l’adulte que je souhaite réellement être. Des leçons qui apportent tellement de bien une fois comprises, mais qui peuvent parfois être difficiles à appliquer au quotidien.

En voici quelques-unes que je souhaitais partager avec vous!

1. Certaines amitiés s’effritent avec le temps, d’autres perdurent. À nous de savoir lesquelles nous souhaitons entretenir.

2. On ne peut pas plaire à tout le monde. Pis c’est correct. Tant qu’on est bien avec nous-mêmes.

3. Nous sommes responsables de notre bonheur. Bien qu’on ne puisse pas contrôler les évènements extérieurs, nous avons le pouvoir de choisir l’impact qu’ils auront sur nous.

4. Il faut apprendre à dire non. Dire non à tout ce qui ne nous tente pas vraiment, aux choses qu’on fait « parce qu’il le faut », le faut-il vraiment?

5. Se comparer c’est le pire des poisons. Que ce soit aux standards de beauté, à des gens sur intagram ou à nos amis, se comparer ça fait juste nous faire mal en dedans.

6. Plus une décision est difficile à prendre, plus elle semble nécessaire.

7. Se faire passer en premier ce n’est pas égoïste. C’est essentiel.

8. L’amour c’est doux, vulnérable et beau. C’est pas supposé être compliqué ni faire mal.

9. Avoir des passions c’est important pour l’équilibre mental.

10. Il faut prendre le temps d’être fiers de nos accomplissements.

11. Les jugements des autres ne nous définissent pas.

12. Il y a du beau dans pas mal tout. À nous de le trouver. Surtout à nous de se trouver beau.

13. Notre opinion vaut quelque chose. Suffit de se renseigner, de réfléchir et de se forger notre propre opinion sans se laisser influencer et sans soucis de plaire aux autres.

14. Les choses importantes sont souvent les plus « banales » et les plus petites.

15. Il ne faut pas avoir d’attentes envers les autres. Ils sont différents de nous, on ne peut pas s’attendre à ce qu’il réagisse comme nous l’aurions fait face à la même situation. Ça va nous éviter bien des déceptions.

Qu’en pensez-vous?
Continue Reading

La boîte Wonderwoman

Par Katrine Delorme

J’ai découvert la boîte Wonderwoman grâce au vidéo d’Audrey Sckoropad que je suis sur Instagram et j’ai littéralement eu un coup de cœur! Bien que j’ai un penchant vers les teintes plus classiques comme le blanc, le gris et la tendance épurée, la boîte m’a attirée par son originalité et sa différence. Les couleurs sont vives et ne passe pas inaperçues sur les réseaux sociaux. Ça nous donne envie de savoir ce qui se cache à l’intérieur!

Source : Instagram @katrinedelorme

Le concept? Offrir un moment de détente aux femmes d’aujourd’hui. Aux femmes qui donnent beaucoup, mais qui prennent peu de temps pour elles. Ainsi est née l’idée d’une boîte contenant tous les éléments essentiels pour un moment cocooning parfait. Étant une nouvelle maman, je suis bien consciente que je ne pourrai plus profiter de temps pour moi de la même façon que je le faisait avant. Ces moments seront différents et je devrai parfois les créer afin de ne pas arriver à la fin du mois sans avoir respirer. C’est pourquoi ces boîtes répondaient tout à fait à mon besoin! Chacune d’entre elle contient un thé découverte en collaboration avec Bu Espace thé, de la papeterie à imprimer de Boucles et Ballons, un produit pour le bain de Bain et Bulles, deux produits cocooning québécois, une collation sucrée de Madame Labriski, deux recettes santé et une liste de lecture! C’est vraiment une belle façon de découvrir différentes compagnies et de nouveaux produits tout en prenant soin de soi.

Source : Instagram @katrinedelorme

J’ai eu la chance de recevoir la boîte de lancement, qui en plus des produits énoncés ci-haut, contenait le livre de Manu Lemire, Le pouvoir de choisir, ainsi qu’un bandeau de True North collection et franchement, je capote! Tout le contenu est simplement parfait! Il n’y a rien que je n’ai pas envie d’utiliser, comme ça peut parfois être le cas lorsqu’on ne sait pas au préalable ce qui se retrouve dans les boîtes.

Bref, si vous avez envie de prendre du temps pour vous tout en découvrant des produits québécois, je vous conseille fortement d’essayer la boîte Wonderwoman. Il y a possibilité de s’abonner mensuellement, pour 6 ou 12 mois et d’annuler l’abonnement à tout moment.

Pour découvrir leurs différents réseaux sociaux:

Facebook: @laboitewonderwoman
Instagram: @laboitewonderwoman 
Site internet: https://laboitewonderwoman.ca

Continue Reading

Rétrospective de l’année

Par Katrine Delorme

Une des choses à laquelle je crois dur comme fer, c’est que nous sommes responsables de notre bonheur. Nous avons la possibilité de faire des choix qui influenceront le chemin que nous prendrons, notre humeur au quotidien ainsi que notre avenir. C’est parfois difficile à accepter puisque cela signifie que nous devrons changer certains de nos comportements, notre façon de penser ou encore de percevoir les évènements afin d’apporter des changements dans notre vie. Bien-sûr, nous n’avons pas toujours une influence sur les évènements extérieurs ou sur les autres, mais nous avons le pouvoir de décider l’impact que nous laisserons ces choses avoir sur nous.

La fin de l’année me semble être un bon moment pour faire une retrospective des derniers mois et pour réfléchir à ce que nous souhaitons pour ceux à venir. C’est le temps de penser à ce que nous avons accompli qui nous rend fiers, à ce que nous souhaitons améliorer, à ce que nous souhaitons voir disparaître de nos vies. Ce sont de gros questionnements qui en valent la peine à long terme.

Arrêtez-vous et prenez le temps d’y penser. Qu’est-ce qui vous a fait tripper en 2017 tant au niveau personnel que professionnel? Et il n’y a pas de «trop petits» accomplissements! Par exemple, être devenue la collaboratrice officielle de ce blogue est, pour moi, un évènement marquant de mon année, même si cela peut sembler insignifiant aux yeux de certains. Bien-sûr, ce n’est pas dans la même catégorie qu’être devenue maman, mais ça fait partie des choses que j’accomplie qui me rendent fière, qui m’aident à travailler sur mes difficultés personnelles et à me faire davantage confiance.

Et si on prenait le temps de réfléchir à ce que vous vous souhaitez pour 2018. Pour quoi et pour qui avez-vous envie de faire des efforts et d’investir du temps. Tous les projets ne sont pas stimulants et toutes les amitiés ne sont pas saines. Aussi dure que cela puisse être à admettre. Le temps étant une denrée rare de nos jours, dans quoi souhaitez-vous vraiment l’investir? Je sais, ça va demander du courage de faire face à certaines situations, de dire non, de mettre fin à des idées qui n’évoluent pas comme vous le souhaitiez, mais parfois c’est exactement ce qu’il nous faut pour nous épanouir pleinement. Et quand on y pense c’est «simplement» se respecter soi-même avant tout.

Finalement, quelles sont vos gratitudes de 2017? Je pourrais vous énumérer les miennes, mais j’en aurais long à dire puisqu’elle a été toute qu’une année cette 2017! Sur Citron & Fleurs, vous le savez, on prône l’importance de réfléchir à nos gratitudes quotidiennes et nous pensons réellement que ça fait une différence dans la vie de tous les jours. De réaliser tout ce qu’on a. D’apprécier ce que l’on a au delà de ce qu’on souhaiterais peut-être avoir.

P.S: si vous vous cherchez un petit carnet pour écrire vos gratitudes, celui de Citron & Fleurs est toujours en vente sur la boutique en ligne. 🙂 Il est super mignon et je l’adore!

Je vous souhaite un bon début d’année 2018!
Continue Reading
1 2 3 5