5 petits gestes pour l’arrivée du printemps

couverture

Ah ce fameux printemps que nous attendons tous et toutes impatiemment! Encore au moment où j’écris ces lignes, il neige à plein ciel à Québec. Je suis habituellement une fille qui apprécie le moment présent et je me plains rarement de la saison en cours. Je dois avouer que cette année, je ressens vraiment le besoin d’un peu plus de chaleur et de lumière. J’ai vraiment hâte de pouvoir aller marcher avec mon chien à la clarté le soir, de pouvoir recommencer à manger à l’extérieur, de créer mon petit jardin et de pouvoir sortir sans mon manteau. J’ai l’impression que ça fait des années que je suis enfermée à la maison, sans énergie et sans motivation. Bref, le printemps est synonyme de regain d’énergie pour moi et j’ai vraiment hâte d’en profiter.

En attendant qu’il s’installe pour de vrai, j’ai commencé à préparer son arrivée par toutes sortes de petits gestes et sans farce, ça me fait le plus grand bien.

1) Faire du ménage

Bon, c’est un classique quand on pense au fameux ménage du printemps. Ici, je n’ai pas commencé mon lavage d’armoires ou de fenêtres, mais j’ai plutôt fait un tri de ma garde-robe. Je vise de plus en plus à consommer moins et mieux et c’est dans cette optique-là que j’ai trié l’ensemble de mes vêtements. J’ai fait énormément de place, j’ai défini mes besoins pour l’été et j’ai commencé le magasinage de morceaux québécois qui me seront utiles pour plusieurs années. Dans les prochaines semaines, j’attaquerai le ménage de mes cosmétiques (je vais en avoir plusieurs à donner, si jamais ;)) et de ma garde-robe d’entrée. C’est toujours ben le fun quand on range nos manteaux et nos bottes pour plusieurs mois.

2) Modifier la décoration

J’aime beaucoup ajuster ma décoration au fil des saisons. Dans mon salon, j’ai remplacé les coussins de laine et de fausse fourrure pour des coussins à motifs géométriques et aux couleurs pastel. J’ai aussi changé les images dans mes cadres pour des dessins de fleurs et des phrases que je trouvais inspirantes. J’ai mis des petites chandelles aux odeurs printanières un peu partout et j’ai rangé les objets de bois. J’ai aussi ajouté quelques plantes (j’adore les cactus) dans mon bureau et dans la cuisine. Il me manque juste un beau bouquet de tulipes pour compléter le tout. C’est fou, mais juste ça, ça met beaucoup de soleil dans ma maison et on dirait que je respire davantage!

3) Opter pour de la couleur

Autant l’automne et l’hiver, je tripe sur le bleu marine, le bourgogne et le noir, autant au printemps, j’ai besoin de m’entourer de couleurs vives. Tel que mentionné au point précédent, j’aime ajouter du pastel à ma décoration. J’aime beaucoup m’acheter quelques morceaux de vêtements et accessoires (sacs et souliers) plus colorés également. Cette année, je penche vers le rose bébé et le turquoise. Je craque également toujours autant sur le fleuri. Même mes accessoires de bureau n’y échappent pas. Carnets à motifs de fleurs, stylos et post-it de couleurs, cartables aux phrases inspirantes, etc.

4) Boire des boissons froides

Je réduis ma consommation de thé, café et chocolat chaud et je commence à boire smoothies, thé glacé et kombucha. L’été, je me fais des gros pichets de thé glacé maison et je n’achète aucun jus. J’ai déjà commencé avec les différents thés aux fruits de Tea Taxi. Et savez-vous quoi? J’ai même fait mes premiers popsicles maison, aux fraises et aux ananas. Un vrai délice! J’attends impatiemment le moment où je dégusterai ma première crème molle de l’année.

5) Épurer l’air de la maison

Ça fait plusieurs mois que je souhaite me procurer un diffuseur d’huiles essentielles. En attendant, j’utilise les différents vaporisateurs de Puressentiel et de Vivia Aromathérapie. Chez Vivia, j’adore la formule « Énergisant », aux huiles essentielles d’épinette noire, de menthe poivrée et d’orange douce. On dit que la formule est reconnue pour être stimulante et tonifiante, très utile en période de fatigue ou de stress. J’en vaporise un peu partout dans la maison et j’adore la légère odeur d’agrumes que ça diffuse. Au niveau de Puressentiel, j’aime beaucoup leur « Sommeil détente spray aérien » qui contient 12 huiles essentielles. Celui-là, je l’utilise dans la chambre à coucher. Ça sent le frais et ça a des propriétés calmantes. J’ai l’impression que la maison est encore plus propre. Il ne me reste plus qu’à faire mes propres mélanges.

Que faites-vous en attendant l’arrivée
officielle du beau temps et de la chaleur?
Continue Reading

Revenir à l’essentiel en libérant mon esprit

untitled-design

Les dernières semaines ont été chargées en stress et en émotion. Il faut aussi savoir que le blogue, c’est un passe-temps pour moi (que j’adore). J’ai un emploi à temps plein qui me demande beaucoup de concentration alors quand j’arrive à la maison le soir, j’ai rarement envie de me réinstaller à l’ordinateur. J’ai l’impression que ça été pire dernièrement et ça me fait toujours de la peine de devoir limiter mes projets, d’être en manque d’inspiration ou de devoir limiter mes collaborations parce que j’ai atteint le bout du rouleau et que je n’ai plus d’énergie pour m’adonner à ce qui me passionne. Alors que de prendre un peu de recul aurait dû me faire du bien, ça m’a plutôt apporté un stress supplémentaire. Je me mets beaucoup de pression pour alimenter mes réseaux sociaux et fournir du contenu chaque jour. Je souhaite aussi faire un bon suivi avec chaque entreprise et répondre à mes courriels dans un délai raisonnable. Je me suis rendu compte que sans le savoir, ça me mettait beaucoup de pression tout ça. Et de la pression, on en a déjà assez dans toutes les sphères de notre vie, non? Loin de moi ici l’idée de me plaindre, bien au contraire. J’ai grâce à tout ça réalisé que je devais tout simplement en revenir à l’essentiel. Faire le vide dans ma tête, pour mieux me retrouver par la suite. Comment j’y suis arrivée?

J’ai mis sur papier mes angoisses

Ce n’est surement pas la partie la plus le fun, mais c’est vraiment ce qui m’a permis de me libérer l’esprit. J’ai toujours un petit journal sur ma table de chevet. J’y inscris mes gratitudes ainsi que des idées et inspirations. Cette fois, j’ai mis de côté ce petit journal et j’ai ressorti mon journal bien-être Fit Hippie. Soit dit en passant, c’est la deuxième année que je l’utilise et je l’aime toujours autant. Il me permet de me remettre en question, de bien définir mes objectifs et d’avoir une vue d’ensemble sur ce qui se passe dans ma vie. Chaque mois, il y a un espace pour noter nos « ARGHH », c’est-à-dire les choses frustrantes de notre quotidien. On dirait qu’aussitôt que je mets sur papier ce qui m’angoisse, me stresse ou me procure de la colère, je me sens mieux. Une fois que c’est couché sur papier, c’est comme si ça ne servait plus à rien que ça demeure dans ma tête. Ça aide aussi beaucoup de mettre des mots sur ce qui ne va pas, ça nous permet de nous réajuster par la suite.

hhh

J’ai éteint mon téléphone

Je sais, on voudrait toutes être efficaces 24 heures sur 24. Sauf que j’ai réalisé que c’était une grande source de stress pour moi de voir les courriels et notifications rentrées au fur et à mesure. Oui, je veux pouvoir répondre à tout le monde dans un délai raisonnable, mais je suis beaucoup plus efficace quand je me réserve une période par jour à cet effet et que je ferme tout le reste de la journée. Ce n’est pas tous les métiers qui le permettent, j’en conviens. Mais si vous le pouvez, réservez-vous certains moments sans téléphone. Je vous parlais d’ailleurs de tous les avantages de se déconnecter juste ici.

Je me suis couchée tôt

Plutôt que de tourner en rond à la recherche de nouvelles idées et de faire le tour des réseaux sociaux pour la vingtième fois de la journée, j’ai décidé que si je me sentais fatiguée, stressée et inefficace, il valait mieux que je me couche. Je vais au lit super tôt depuis quelques semaines maintenant et je me sens vraiment mieux. J’essaie aussi de ne pas m’exposer aux écrans au moins une heure avant de dormir et ça fait une belle différence au niveau de la qualité de mon sommeil. Je ne sais pas pendant combien de temps je vais tenir cette résolution, mais tant que mon corps me fait sentir le besoin de me reposer, je vais l’écouter du mieux que je le peux.

J’ai pratiqué la relaxation et le yin-yoga

Celles qui me connaissent savent que je fais de la Zumba et du yoga chaque semaine. Plutôt que d’y aller avec du yoga sportif comme à l’habitude, je me suis inscrite à du yin-yoga au travail. Mon corps et mon esprit ont besoin de relaxer alors je me suis dit « pourquoi pas ajuster ma pratique à ce besoin ». Le yin-yoga agit vraiment comme un baume réparateur pour moi. C’est un beau moment de relaxation et de ressourcement qui me procure beaucoup de bien-être. Si vous n’êtes pas adeptes du yoga, je suis certaine que de pratiquer la relaxation pourrait grandement vous aider, que ce soit le matin, lors d’une pause ou le soir avant de vous coucher. On a maintenant la possibilité d’avoir des applications et des outils parfaits pour nous guider. Il s’agit de trouver ce qui vous convient.

fd81f1ead459d54a76d486bb2d074d21
Source : mindbodygreen.com
J’ai pris de longues marches à l’extérieur

Quand je me sens épuisée, tout ce que j’ai envie de faire, c’est d’être en boule sur mon divan ou dans mon lit. Or, après quelques jours, je me suis rendu compte que de faire la larve ne me donnait pas plus d’énergie. J’ai commencé à aller marcher à l’extérieur et je me suis rendu compte du bien fou que l’air frais pouvait m’apporter. Autant ça fait du bien physiquement, autant j’ai l’impression d’oxygéner mon cerveau et d’arriver à faire le ménage de mes idées. J’attends avec impatience le retour de la chaleur pour en profiter davantage et faire le plein de vitamines quotidiennement.

Qu’est-ce qui vous aide à revenir à l’essentiel?

Continue Reading

Quand le jugement des autres nous fait sentir coupable de nos choix…

untitled-design

Je ne sais pas si c’est la société qui évolue en ce sens ou si c’est tout simplement parce que je suis devenue une jeune adulte et que je suis libre de faire mes propres choix mais on dirait que de plus en plus, tout le monde cherche à nous faire sentir coupable de tout.

Dans le temps où j’écrivais pour d’autres blogues, il m’est arrivé à plusieurs reprises, alors que je publiais un article tout à fait inoffensif et sans opinion, de recevoir des commentaires de personnes vraiment outrées. Par exemple, dans un texte où je donnais des idées d’activités à faire en solo pour prendre soin de soi-même, on m’a reproché de suggérer de prendre des bains. Non mais, il faut tu être sans cœur pour prendre un bain alors qu’il y a des gens sur la terre qui n’ont même pas accès à l’eau potable? Dites, vous êtes au courant qu’il y a une pénurie mondiale d’eau douce et potable? C’est complètement irresponsable de votre part de prôner un tel comportement. Bref, vous voyez le genre. J’ai eu droit à plusieurs autres témoignages dans le même ton lorsque j’ai parlé de choix plus sains que je faisais pour ma peau (les produits n’étaient pas tous 100% naturels ou québécois…). J’ai l’impression que peu importe mes propos, il n’y aura jamais de fin à ce que les gens peuvent penser. Si je me laisse pousser les cheveux, on va me reprocher de prendre de l’eau pour les laver?  Ce serait vraiment faux de penser que je me fou de l’environnement. Mais, avec mes 2-3 bains par année (qui me servent de moment de détente, voir de thérapie), je n’ai pas honte de dire que non, je ne me sens pas coupable. Je suis assez grande pour assumer et comprendre les impacts de mes gestes tout en appréciant tout ce que la vie m’offre. Dans la vie, j’ai énormément de gratitude pour tout (j’en parle souvent). Ça reste que ça m’agace le jugement facile que les gens ont de plus en plus. Les choix que les autres font, je les ai toujours respectés et ça ne regardent qu’eux. L’important, c’est tout simplement qu’ils se sentent bien avec ça, tout comme je me sens bien avec les choix que moi je fais. Sauf qu’avec les tendances actuelles du zéro déchet, minimaliste, sans gluten, végétalien, bio, éco-responsable, pro-environnement et j’en passe, chacun veut convaincre l’autre de quelque chose. On en a vient à être gêné de tout, ne serait-ce que d’acheter du lait de vache à l’épicerie parce que du lait d’amande, on n’aime pas ça dans nos céréales. C’est correct de vouloir conscientiser les gens à des choses importantes et je trouve ça bien qu’on en parle, qu’on se rendre compte de certaines choses mais est-ce si difficile de respecter aussi les opinions des gens qui nous entourent? Il faut cessez de vouloir que tout le monde agisse exactement comme nous…non?

Pour moi, tout est d’abord et avant tout une question d’équilibre. Parce que oui, ça m’arrive d’être mêlée … qu’est-ce que je choisis entre un produit vegan qui provient de l’étranger ou un produit à base de cire d’abeille qui provient d’une entreprise locale? Oui, je mange de la viande mais oui, j’utilise des produits ménagers naturels et des cosmétiques non-testés sur les animaux. L’équilibre pour moi, ça veut aussi dire que je varie mes choix, que je fais attention à mes façons de consommer, que je ne vire pas folle avec les aliments que je mange, que je ne me prive pas de certaines choses par peur d’être jugée et que je suis toujours ouverte à découvrir de nouvelles choses. Et même si vous, vous n’êtes pas comme ça, c’est parfait ainsi, non?

Je termine avec une petite mise au point car je sais que je parle souvent de produits naturels, bio ou écoresponsables sur le blogue. J’aime découvrir des produits d’ici, bons pour l’environnement autant que pour ma peau. J’aime faire connaitre aux autres des produits que j’aime et que j’ai adoptés mais loin de moi l’idée de vouloir convertir qui que ce soit. 🙂

Ne laissez pas le jugement des autres changer qui vous êtes.
Continue Reading

Ma routine matinale en 6 étapes

goodiffic

La deuxième moitié de l’hiver, c’est la période de l’année où j’ai le plus de difficulté à sortir du lit. Il fait froid et je resterais enroulé dans les couvertures toute la journée. Toutefois, depuis quelques années, j’ai décidé de me lever plus tôt et j’y arrive de plus en plus. Oui, il y a des matins où je fais un snooze de trop et où je dois laisser tomber certaines étapes de ma routine, mais dans l’ensemble, je réussis à m’y tenir. Depuis le début de l’année, j’ai même réussi à intégrer un peu de yoga. Je vous présente donc ma routine du moment (car comme toute chose, elle change parfois). Je suis bien consciente que je ne pourrais pas faire tout ça avec des enfants ou une autre situation de vie, mais si jamais ça peut vous inspirer une étape ou deux, ce sera déjà ça.

Ma routine matinale actuelle…
1. Réveil

D’abord, lorsque mon cadran sonne (à 5 h 45), je prends le temps d’ouvrir tranquillement les yeux quelques minutes et je m’assois dans mon lit. Je prends quelques grandes respirations (et là je sens toutes les tensions dans mon dos et mes épaules), puis je me lève.

J’ai longtemps eu l’habitude de regarder mon cellulaire aussitôt les yeux ouverts (il est sur ma table de chevet pour les urgences étant donné que nous n’avons pas de ligne fixe), mais je ne le fais plus et j’en ressens d’énormes bienfaits autant au niveau du stress que de mon efficacité.

fff
Source : http://loopymango.com/
2. Nettoyage du visage

Première chose que je fais lorsque je suis debout : je passe à la salle de bain pour nettoyer mon visage en douceur. C’est vraiment l’étape qui me permet de me réveiller. Ces temps-ci, j’utilise l’huile nettoyante de Jacynthe. Elle nettoie en profondeur sans agresser ma peau et aide à régulariser le sébum pour le reste de la journée. J’ai toujours eu de la difficulté avec les nettoyants puisque j’ai la peau hyper sensible et acnéique et celui-ci répond à merveille à mes besoins.

3. Hydratation et yoga

Cette étape s’est ajoutée à ma routine depuis janvier et je ne m’en passerais plus. Une fois mon visage nettoyé, je descends au salon, je bois quelques gorgées d’eau, je déroule mon tapis de yoga et je fais une mini séance (environ 10 minutes). Je me sers de ma tablette que je dépose tout simplement sur ma table basse et je pars une vidéo de Virginie Duval (Dfine). C’est super, car elle a des séances pour tous les besoins alors j’y vais selon mon humeur. Ça dénoue les tensions, réveille mon corps et mes muscles tout en énergisant mon corps pour la journée. Prochainement, je compte aussi essayer les méditations guidées de Blond Story pour revoir ma définition de l’équilibre, réduire mon anxiété et pour me familiariser avec la méditation. Lorsqu’on en a l’occasion et les moyens, ça vaut vraiment la peine de se lever un petit 10 minutes plus tôt pour faire bénéficier notre corps et notre esprit de tous ces bienfaits.

4. Détente

Ici, ce n’est pas une étape essentielle, mais c’est ma préférée et probablement celle que je fais depuis le plus longtemps (même du temps où j’habitais chez mes parents). Je me prépare un verre d’eau chaude, j’y ajoute le jus d’un demi-citron, je m’assois au salon et j’ouvre la télévision. J’écoute environ 10 minutes (oui, je marche vraiment par coup de 10 minutes) Salut Bonjour, le temps de finir ma tasse. C’est aussi souvent le moment où j’ouvre mon cellulaire, question d’anticiper et de préparer ma journée et je publie ma photo du jour sur Instagram, qui est, la plupart du temps, déjà toute prête dans mes brouillons.

ggg
Source : http://breakfast-people.tumblr.com/
5. Déjeuner

Je ne devrais pas vous dire ça, mais lorsque je me lève plus tard, il arrive que je skip cette étape. Rassurez-vous, lorsque c’est le cas, je prends mon petit déjeuner en arrivant au bureau. On le sait, le petit déjeuner est le repas le plus important de la journée, celui qui nous donne l’énergie nécessaire pour fonctionner.

Donc, je passe à la salle à manger pour déguster mon pudding de chia, mes granolas avec yogourt ou mon gruau (ce sont mes déjeuners du moment). Puisque ce sont des choses qui demandent très peu de préparation, pour ne pas dire aucune dans le cas du pudding qui a été préparé la veille, ça me prend très peu de temps.

6. Rituel beauté & préparation

Une fois mon déjeuner terminé, je remonte à l’étage pour me préparer (soins pour la peau, cheveux & maquillage). J’installe ma tablette sur mon comptoir de salle de bain pour écouter mes youtubeuses préférées ou un épisode de ma série du moment sur Netflix. Ça rend la préparation moins ennuyante et ça me permet de faire autre chose le soir venu (lire, par exemple).

aaaaa

Sur mon visage, je commence par appliquer le gel sébo-régulateur de Jacynthe que j’ai découvert récemment et que j’aime beaucoup. Ensuite, j’applique ma crème hydratante. Ces jours-ci, c’est la Réparation Ultra de First Aid Beauty. Je laisse entrer la crème quelques instants puis j’applique la base traitante anti-imperfection de COVER FX. Une autre découverte récente que J’ADORE. Pour celles qui ont de l’acné ou la peau grasse, c’est la base idéale pour éviter d’engorger nos pores. Le fini est lisse et je vois déjà une amélioration de mes imperfections. Je suis alors prête à appliquer mon fond de teint et à me maquiller légèrement. Si vous le souhaitez, je pourrai vous présenter l’ensemble des produits de maquillage que j’utilise dans un prochain article.

Pour terminer, je plaque rapidement mes cheveux et je m’habille en vitesse. Quand le temps me le permet, je me prépare un thé pour apporter au bureau. Le matin, j’aime beaucoup les thés verts et mes préférés du moment sont Bio Bloody Soprano, Biscuit au Beurre et Cap au Sud de TeaTaxi.

Voilà! J’espère que ma routine matinale vous aura inspiré à créer la vôtre. Rappelez-vous qu’il n’y a pas de bonne façon de faire, il s’agit de trouver ce qui convient pour vous, pour vous sentir bien. Certains matins, je préfère rester au lit un peu plus longtemps et c’est bien correct. Mais je sais que cette routine-là est celle qui me permet d’être à l’écoute de mon corps et d’entreprendre la journée dans le calme. Je la définis comme ma routine idéale que je tente de respecter du mieux que je le peux.

À quoi ressemble votre routine matinale idéale ?
Continue Reading

Commencer l’année du bon pied

cosy

Pour mon premier article de 2017, j’avais envie de vous parler de mes petits objectifs pour les mois à venir. Je ne suis pas de celles qui aiment prendre de nouvelles résolutions drastiquement. Par contre, j’aime faire en quelque sorte le bilan de l’année qui vient de se terminer et me pencher sur ce quels sont mes objectifs, mes buts et mes aspirations. Ça me permet de faire le point et de changer quelques habitudes, si jamais je constate que je ne m’en vais pas tout à fait dans la bonne direction. Je vois plutôt ça comme un réajustement afin d’arriver là où je le souhaite. La majorité des points suivants sont la continuité d’un travail amorcé en 2016, mais je pense que c’est toujours bon de se le rappeler et de se donner de nouveaux défis en lien avec nos objectifs.

  • Réduire ce qui n’est pas nécessaire 

J’ai lu quand même beaucoup à propos du minimaliste au cours des derniers mois et je me suis rendu compte que ça me grugeait énormément d’énergie de garder toutes sortes de choses en trop. Que ce soit mes courriels, des objets de ma maison ou mes vêtements, je sens le besoin d’épurer mon environnement. C’est fou le bien que ça procure d’éviter de garder des choses inutilement. Je souhaite poursuivre en ce sens pour les semaines à venir. Les armoires de cuisine, la garde-robe d’entrée et les tiroirs de la salle de bain sont en haut de ma liste. À l’avenir, je souhaite reprendre le contrôle du rangement et cesser d’accumuler. Réduire le non nécessaire, ça veut aussi dire investir mon temps dans des choses qui me plaisent et de couper dans ce que je fais de non-essentiel, comme faire défiler mon fil d’actualité Facebook pour la 11e fois de la journée alors que je ne prends pas le temps de me détendre en coloriant, faire la vaisselle, écrire ou bouger par exemple.

  • Consommer intelligemment et de manière responsable 

Éliminer les achats superflus, faire des choix éclairés, acheter en fonction de mes valeurs…c’est ce que je tente de faire depuis quelques années déjà. Un petit pas à la fois, je remplace les produits que j’utilise par des versions plus naturelles, écoresponsables et qui proviennent d’entreprises d’ici. C’est déjà fait au niveau des cosmétiques et des produits ménagers et je remplace tranquillement mes quelques produits de maquillage. Bien que j’achète beaucoup moins de vêtements, la majorité des morceaux que j’ai achetés en 2016 proviennent de compagnies québécoises. Dans le fond, en 2017, je vise à continuer d’acheter moins et mieux.

vetements
Source : urbanangelza.com
  • M’écouter et prendre soin de ma personne 

J’ai écrit il n’y a pas si longtemps (ici) à propos de comment je tente de m’écouter et de m’affirmer davantage. C’est un défi que je me lance en 2017. En quelque sorte, ça m’aide aussi à prendre soin de moi puisque j’apprends à considérer mes propres besoins. La santé m’a fait défaut à quelques reprises en 2016 et même si je ne sais pas ce que 2017 me réserve à ce niveau-là, je sais que c’est primordial que je pense à moi. Je souhaite bouger en faisant des activités que j’aime, bien m’alimenter, cuisiner davantage, découvrir de nouveaux aliments, faire plus de yoga et passer plus de temps loin de l’ordinateur. Pour aborder dans ce sens, je me lève désormais une quinzaine de minutes plus tôt chaque jour pour commencer ma journée par une séance de yoga (mon dieu que ça fait du bien!). Je tente aussi d’essayer au moins une nouvelle recette par semaine et de préparer mes repas à l’avance. J’ai recommencé à aller jouer dehors pour le plaisir et à prendre des marches sous les flocons. Puisque ce sont des petites habitudes vraiment plaisantes, je sais que j’ai beaucoup moins de chances de les abandonner après quelques semaines.

  • Me détacher du négatif 

Ça aussi, j’y travaille depuis un moment. Je souhaite demeurer sereine par rapport aux situations fâcheuses, par rapport à ce que je ne peux pas contrôler et lâcher prise à propos de choses qui me grugent de l’énergie et qui ne sont, au bout du compte, pas si importantes que ça. J’ai lu beaucoup de livres qui m’ont donné différents trucs et je tente de les appliquer chaque jour (je pense entre autres aux merveilleux livres de Nicole Bordeleau que je recommande à tous).

gfff
Source : pearlsandcurlsandpreppygirls.tumblr.com

Finalement, parce qu’être heureux, ça part avant toute chose de soi-même, j’ai décidé que la nouvelle année, c’était l’occasion idéale de commencer Mon projet bonheur. Si vous ne savez pas de quoi je parle, il s’agit du dernier livre de Christine Michaud. C’est un programme de 12 semaines fondé sur les découvertes en psychologie positive qui permet de découvrir nos forces, de recharger nos batteries, de travailler sur soi-même et de se réaliser pleinement. Chaque semaine, un thème spécifique est abordé avec de nombreux exemples, activités et exercices inspirants à remplir. En gros, c’est un beau guide de conseils simples, pratiques et inspirants qui nous permet de développer notre capacité à fleurir au quotidien. Je n’en suis qu’à la première semaine et je peux déjà vous dire que c’est une grande source d’apaisement pour moi. Je  vous en reparlerai sans doute à la toute fin. Je lis les quelques pages et complète les exercices de la semaine bien tranquille dans mon lit, avant de me coucher; c’est mon petit moment de ressourcement personnel.

Même si je vous ai dit plus haut que j’aime bien faire le bilan de l’année qui vient de se terminer, je m’y suis pris un peu autrement cette année. Si vous suivez le blogue sur Facebook, vous savez que j’ai ouvert mon pot de gratitude le 31 décembre. Ce qu’il contenait? Pleins de beaux moments et de choses pour lesquelles j’ai été reconnaissante chaque jour de 2016. Mon bilan, ce fut donc cela; prendre connaissance de toutes les merveilleuses choses que la dernière année m’a fait vivre. Je vais vous dire une chose : il y en avait beaucoup plus que je le pensais. On a souvent une vue d’ensemble rendue à la fin de l’année, mais ces petits bouts de papier m’ont permis de me replonger dans le quotidien et j’ai adoré l’expérience.

Je vous souhaite à tous une merveilleuse année 2017 en santé et remplie de petits bonheurs. N’hésitez pas à me partager vos souhaits et objectifs pour l’année à venir. Merci de me suivre encore cette année, je vous en suis hyper reconnaissante. XXX

Continue Reading

Apprendre à s’écouter et s’affirmer

cc

Je suis le genre de fille qui a toujours pris en considération les besoins et souhaits des autres avant de me demander ce que je souhaitais moi, réellement. Même si au fond, ça ne me tentait pas, je disais oui, parce que je savais que c’est ce que souhaitait la personne qui me le demandait. Dire oui pour ne pas décevoir, pour être gentille, pour aider et pour ne pas déplaire en quelque sorte. J’ai souvent fait des pieds et des mains pour les autres alors que je savais pertinemment que je n’aurais pas osé en exiger autant de leur part si la situation avait été inversée. Je me suis souvent inscrite ou investie dans des projets qui ne m’interpellaient pas réellement, parce que c’est ce que souhaitait quelqu’un d’autre. À l’inverse, je suis probablement passée à côté de plusieurs opportunités parce qu’il n’y avait personne pour le faire avec moi, pour me dire que j’étais capable et que je devais foncer.

À un certain moment de ma vie, j’ai dû faire une prise de conscience. Je continuais de ne pas vouloir déplaire, d’agir en fonction de l’opinion des autres alors que je n’étais même pas capable de faire des choses pour moi-même, pour mon bien-être et ma propre santé qui se détériorait. Je ne dis pas que j’ai cessé de me préoccuper d’autrui du jour au lendemain…j’ai toujours trouvé important de penser et de prendre soin des autres, surtout dans une société où c’est l’individualisme qui domine. Sauf que, je me suis rendu compte que j’avais perdu le contact avec moi-même et que je ne savais même plus comment me fier à ma propre intuition.

Apprendre à s’écouter avant tout, à écouter notre cœur, notre tête et nos besoins, ça ne se fait pas du jour au lendemain. Malgré mon travail sur moi-même des dernières années, j’ai encore du chemin à faire. Dire non, c’est encore souffrant. Ça fait encore monter en moi une bonne dose de culpabilité et de remords, peu importe de quoi il s’agit. Je suis toujours en train de me justifier, alors que je ne devrais même pas. Je suis toujours en train d’essayer de ne pas nuire, d’éviter les conflits, de me demander ce que je devrais répondre pour que l’autre soit satisfait. Sauf que, j’ai tranquillement appris à lâcher-prise. De jour en jour, j’ai commencé à mettre mes limites. Ce n’est pas sans inconfort et les gens sont parfois vexés; ils ne sont pas habitués à ce que quelqu’un comme moi mette ses limites. Mais j’ai compris que c’était normal et que mon sentiment de culpabilité était temporaire. Plus je m’exerce et plus je réussis à calmer l’angoisse. Plus je réapprends à m’écouter et à considérer mes propres besoins.

Les choses sont bien faites parfois. Récemment, j’ai vécu deux situations qui m’ont donné une belle leçon de vie. Dans le premier cas, j’étais invitée à un souper avec des connaissances, des gens avec qui je n’étais pas particulièrement proche. La journée même, on m’a demandé si j’aimais les fruits de mer. Pour vrai, je mange de tout, mais les fruits de mer, c’est l’exception à la règle, je suis incapable. J’ai quand même dit « oui », pour éviter que le menu soit refait en fonction de moi, la journée même de l’événement. Eh bien, savez-vous quoi? J’ai été la seule à recevoir une assiette de fruits de mer parce que les autres avaient osé dire qu’ils n’en mangeaient pas (moi qui pensais avoir été la seule à être contactée!). Vous allez sans doute trouver que mon exemple est banal et vous avez raison, sauf que c’est exactement de ça que j’avais besoin. Une petite leçon pour me rappeler que de répondre en fonction de l’opinion des autres et de vivre ma vie au travers leurs yeux, ça fait de moi la seule et unique perdante de l’histoire, que ce soit à petite ou à grande échelle.

J’ai et j’aurai toujours du mal à dire non et à exprimer ma propre opinion, mais plus je le fais, mieux je me sens quotidiennement et moins l’anxiété fait partie de ma vie. Après tout, apprendre à s’écouter, c’est apprendre à être heureux.

Continue Reading

Les petits bonheurs de la vie

Par Catherine Dubois

 dddd

Le bonheur, c’est un concept très simple. Le bonheur, ça se trouve dans notre quotidien, mais le bonheur il est discret. Il faut ouvrir les yeux et être à l’affût pour être certain de ne pas le manquer. Pour vous aider à trouver ce fameux bonheur, je vous partage mes petits plaisirs quotidiens.

  • Retrouver un billet de 20 $ dans une poche de manteau ou dans un sac à main qu’on n’a pas utilisé depuis un moment.
    x
  • Se réveiller en pleine nuit simplement pour réaliser qu’il nous reste encore plusieurs heures pour dormir.
    x
  • Les odeurs rassurantes qui nous rappellent notre plat préféré, la maison de nos parents ou notre enfance.
    x
  • Faire la grasse matinée, enveloppée dans une grosse couverture, un matin froid d’hiver.
    x
  • Dormir dans un lit fraîchement lavé.
    x
  • Chanter et danser en voiture, avec le volume au maximum en compagnie de tes meilleures amies.
    x
  • Rire tellement fort que tu as mal aux abdominaux.
    x
  • Revoir ta famille après un (trop) long moment.
    x
  • Terminer sa longue journée de travail. Encore mieux, terminer sa longue journée de travail UN VENDREDI.
    x
  • Quand une amie annule une soirée à laquelle tu n’avais vraiment pas envie d’aller.
    x
  • Rentrer dans la voiture, ouvrir la radio et entendre sa chanson préférée qui débute.
    x
  • Se coucher dans son lit après une grosse journée.
    x
  • Enlever ses talons hauts et sa tenue après une longue journée. #nobra
    x
  • Les textos du matin de son/sa chéri(e).
    x
  • Recevoir un colis ou une lettre par la poste.
    x
  • Mettre des vêtements qui sortent tout juste de la sécheuse.
    x
  • Recevoir un compliment, ça fait toujours du bien à l’âme.

Je pourrais continuer pendant des heures et des heures. Le bonheur c’est vraiment quelque chose de simple, mais de l’apercevoir, ce n’est pas toujours facile. Si vous attendez que le bonheur s’annonce avec un gros signe lumineux, vous allez le manquer. Portez attention au bonheur et je vous le promets, vous allez commencer à l’apercevoir un peu partout autour de vous.  Créez votre propre bonheur, appréciez les petits moments de la vie, ça fait une grosse différence sur l’état d’esprit.

x


Cet article a été écrit par Catherine Dubois

Catherine est une fille simple et passionnée. Cette blogueuse qui passe beaucoup trop de temps sur les réseaux sociaux adore la mode, le maquillage, la photographie et l’univers du blogue. Elle est d’ailleurs fondatrice du blogue Le Concept. Toujours à la recherche de nouveaux projets, elle adore relever des défis et montrer de quoi elle est capable.


Continue Reading

Combattre la grisaille de novembre

Je sais, le titre de mon article ne fait pas exception à ce que nous voyons passer sur les réseaux sociaux, en ce mois de novembre. Après les jours colorés d’octobre, on fait maintenant face à la noirceur, au temps gris, à la pluie souvent présente et à la température qui chute considérablement. Si je le pouvais, je serais probablement déjà en train d’hiberner, emmitouflée dans de grosses couvertures. Mais, puisque je ne peux malheureusement pas me cacher dans mon lit à tout jamais, j’ai développé quelques trucs qui m’aident à passer à travers cette période maussade de l’année.

c26259325488e52e8660a2125409db2cSource : s-media-cache-ak0.pinimg.com

Travailler sur des projets qui nous allument

Le meilleur moyen de se changer les idées, c’est de faire des choses que nous aimons ou qui trainent depuis longtemps. Tout l’été, je me sentais mal de travailler sur mes nouvelles idées, à défaut de profiter du beau temps. C’est maintenant la période idéale pour m’y mettre. Je ressors mes cahiers de notes, je développe et concrétise mes idées. Même chose pour mon ménage de garde-robe et de cosmétiques. Je fais de la place, je donne, je range et je fais le ménage. Vous avez toujours voulu apprendre à tricoter, fabriquer des bijoux, faire du yoga, perfectionner vos compétences culinaires? Foncez. Même si c’est de temps en temps ou à toute petite dose (parce qu’on aimerait toutes avoir plus de temps dans une journée), faites des choses qui vous allument et amusez-vous.

Se créer un environnement cosy

Je suis certaine que vous savez que ce qui me tient en vie l’automne et l’hiver, c’est le cocooning. Bien que j’adore l’été, ça me manque énormément de pouvoir m’enrouler dans une tonne de couvertures, thé chaud à la main. Donc, pour tous ces moments où je j’ai maudit la chaleur accablante qui m’empêchait de faire quoi que ce soit, incluant dormir, je profite à fond du mois de novembre pour faire de ma maison un nid douillet et chaleureux. Je remplace mes coussins, jetés et tapis : allo la laine et la fausse-fourrure! J’apprécie vraiment de me retrouver dans un environnement que j’aime lorsque j’arrive à la maison le soir.

Préparer la période des fêtes

La période du temps des fêtes est pour moi très joyeuse. J’aime la frénésie, la magie et les traditions qui l’entourent. Oui, certaines personnes trouvent qu’en novembre, il est trop tôt pour y penser, mais pour ma part, je trouve que c’est le meilleur moment pour tranquillement se mettre dans l’ambiance (pas besoin de monter son sapin pour se mettre dans l’ambiance, on peut y aller tranquillement tsé). C’est de concevoir tranquillement mes cartes de souhaits, de penser à ce que je souhaite offrir et de réaliser une à une mes décorations qui me permets de vraiment profiter du temps des fêtes rendu en décembre. Pendant que tout le monde court partout la veille de Noël, moi j’écoute des films en pyjama et je profite du moment.

bc58c295bf3ec1381924878a7b6f0e6fSource : www.thereseknutsen.no

Découvrir des nouvelles choses

Mon petit bonheur ces temps-ci, c’est de goûter à un nouveau thé chaque matin. C’est tout simple, mais ça met de la joie dans ma journée. J’ai aussi commencé à écouter de nouvelles séries, je lis de nouveaux types de livres, j’ai testé de nouvelles recettes et essayer de nouveaux produits pour le bain. Mes soirées à la noirceur sont pas mal moins plates avec des petites variantes comme celles-ci. Novembre, c’est une période où la routine est bien instaurée et où on se sent à bout de souffle (si je m’écoutais, je ne ferais que dormir). Oser essayer de nouvelles choses, petites ou grandes, ça apporte une nouvelle dose de motivation et ça rend nos tâches quotidiennes un peu moins plates.

Profiter du soleil, quand il passe

Bon, ça, ce n’est pas évident si tout comme moi vous rentrez et sortez du bureau à la noirceur et que vous n’avez pas de fenêtre. Sauf que, d’aller faire un tour dehors sur l’heure du dîner, ça peut faire une différence. Même chose lorsque le soleil se pointe le bout du nez la fin de semaine : sortez dehors, ne serait-ce que pour prendre une petite marche. Notre système a besoin de chaque dose de vitamine qu’on peut lui offrir.

Trouvez-vous le mois de novembre difficile?
Quels sont vos trucs pour y remédier?
Continue Reading

6 trucs pour apprendre à ralentir

C’est la folie de la rentrée et même si je ne suis plus à l’école depuis déjà quelques années, ça me rejoint indirectement. Non, pas seulement parce que je travaille dans un Cégep, mais aussi par le rythme de vie des gens autour de moi. L’été, ça se sent : les gens sont heureux et détendus. Quand approche la rentrée, c’est le retour de la routine, de l’école, du travail, des activités, du trafic sur les routes, de la noirceur le soir et tout le monde devient plus stressé (je généralise, mais vous comprenez). Cette année, j’ai décidé de ne pas me laisser emporter par ce mood. En fait, j’ai décidé de mettre en application quelques trucs pour m’aider à ralentir et à demeurer détendu. Ces trucs, je vous les explique à l’instant :

Faire une chose à la fois 

Je ne suis sans doute pas la seule à essayer de faire plusieurs choses à la fois pour gagner du temps (style répondre à mes courriels en préparant le souper et en pliant du linge). Or, on ne s’en rend pas compte, mais au bout de la ligne, ça donne des choses à moitié faites en deux fois plus de temps. Mieux vaut se concentrer sur une seule chose à la fois, la faire tranquillement, mais efficacement.

Faire de l’espace dans son agenda 

Mon vrai défi à l’automne, c’est d’essayer de ne pas bouquer mon agenda au quart de tour. Dans ma famille, la majorité (pour ne pas dire toutes) les fêtes ont lieues au mois de septembre. J’ai aussi beaucoup d’événements en lien avec le travail alors il suffit que je prenne quelques rendez-vous pour que mon agenda soit déjà complet. J’ai décidé d’y aller avec le plus important et d’attendre à plus tard pour céduler certaines choses et prendre certains rendez-vous moins urgents. Je fais attention de ne pas aller à trop d’événements non plus. À date, ça se passe beaucoup mieux cette année que les précédentes et j’ai même pu faire quelques siestes en fin de semaine (yay!).

Se réserver du temps pour soi 

Je sais, je le répète constamment, mais c’est primordial de prendre le temps, ne serait-ce qu’une dizaine de minutes par jour pour s’occuper de soi-même, faire des choses que nous aimons ou tout simplement ne rien faire du tout. Pour ma part, c’est mes 30 minutes de lecture avant le dodo qui change tout. Je sais aussi qu’on a tendance à mettre ces petites choses de côté lorsqu’on est débordé, mais il faut se dire que c’est justement grâce à ces petits moments que nous tenons le coup et que nous pouvons être plus efficaces par la suite. Le meilleur truc, c’est d’indiquer ce temps que nous gardons pour nous à notre agenda…car c’est aussi important que tout le reste.

IMG_1820-1024x682

Source : lauratosney.co.uk

Savoir dire non 

Ça, ce n’est pas tout le temps facile (allô culpabilité), mais j’y travaille. Pour ne pas déranger, ne pas déplaire ou pour être gentille, je disais souvent oui. Après, si j’étais essoufflée, que je manquais de temps ou que je faisais quelque chose qui ne me plaisait pas, c’était de ma faute. J’apprends à dire non pour me respecter, m’écouter et pour faire de la place à ce que je veux réellement. Car dire non à ce qui ne nous plait pas, c’est aussi se donner l’occasion de dire oui à de nouvelles opportunités, des choses qui vont nous allumer, nous motiver et nous faire sortir de notre zone de confort.

Choisir ses combats

On me demande parfois comment je fais pour pas « pogner les nerfs » à cause de telle ou telle situation. La raison est simple; je choisis où j’ai envie d’investir mon énergie. Il y a des choses qui n’en valent tout simplement pas la peine. Je gagne non seulement du temps, mais j’évite beaucoup de frustration, de découragement et d’anxiété. Ça aussi c’est quelque chose que j’apprends à faire tranquillement pas vite et qui me permet de ralentir quotidiennement. Il faut aussi apprendre à accepter que les choses ne soient pas toujours parfaites.

Définir ses priorités

Dans le même ordre d’idées que le point précédent, définir quels sont nos objectifs nous permet de déterminer ce qui est à prioriser. J’aime beaucoup me faire des listes pour me libérer un peu la tête et pour garder le focus sur ce qui est important. Certaines choses nous demandent énormément d’énergie et ne sont pas prioritaires. C’est en quelque sorte une façon de faire le ménage de notre liste et de revoir l’importance de certains aspects de nos vies.

Ralentir permet une ouverture, une disponibilité, et nous fait prendre conscience de notre absence. C’est seulement lorsqu’on prend conscience de notre absence qu’on peut revenir dans l’ici et le maintenant.

– Nicole Bordeleau

J’espère que ces quelques trucs vous aideront à ralentir et à prendre soin de vous cet automne!

Quels sont vos trucs pour vous aider à ralentir?

 

Continue Reading

Méditer, plus simple que l’on pense

Je l’avoue, je ne pensais jamais un jour faire un article sur la méditation. Pourquoi? Je n’y connais pas grand-chose et je ne médite pas…du moins, c’est ce que je croyais avant de lire quelques textes par-ci par-là et de me rendre compte que la méditation, ça peut se pratiquer partout et à tout moment. On a probablement tous en tête l’image de la position indienne, des malas, des chandelles et de la musique douce. Mais, ce qui est merveilleux, c’est que ça peut aussi être totalement autre chose. Pour méditer, on a besoin d’une seule chose : nous-mêmes.

L’excuse qu’on entend le plus souvent (j’essaie de ne plus m’en servir, mais je le fais quand même), c’est qu’on n’a pas le temps. La vérité, c’est qu’on ne prend pas le temps. Souvent, ça provient tout simplement d’un manque de motivation ou d’intérêt et c’est tout à fait compréhensible. Rassurez-vous, que vous preniez le temps ou pas, il est tout à fait possible de  méditer et d’en retirer tout plein de bienfaits. Comment?

Tout d’abord, pas besoin de ne faire que ça. Je m’explique : il est  possible de méditer sans se bloquer du temps exclusif pour notre pratique. Méditer, ça peut se faire à plusieurs moments et à plusieurs endroits. Même pas besoin de changer notre routine. C’est génial quand on sait à quel point on a souvent mille choses à faire dans une journée et que c’est justement le temps que nous consacrons à nous-mêmes qui prend le bord en premier.

13061984_1016144158465111_8488969306022894493_nSource : Facebook @coconutandlimeblog

Voici quelques moments tirés d’une journée de semaine typique auxquels vous pouvez facilement intégrer quelques minutes de méditation :

  • En auto, dans le trafic

Les trajets pour me rendre et pour revenir du travail sur les heures de pointe sont les moments de la journée où j’ai l’impression de perdre le plus de mon temps. Pourquoi ne pas profiter de ce moment où je n’ai de toute façon pas le choix d’attendre pour me concentrer sur ma respiration? J’ai pris l’habitude d’en profiter pour être en tête-à-tête avec moi-même. Je me calme, je lâche prise puis j’inspire et expire profondément. D’ailleurs, c’est très souvent lorsque je suis en voiture que les idées pour le blogue (sujets, projets, phrases) me viennent automatiquement à l’esprit. Si votre trajet se déroule en bus ou en métro, les écouteurs et le paysage qui défile sont le meilleur moyen de laisser votre esprit s’évader quelques instants.

ggg

  • La douche

Un autre endroit où je me vide automatiquement l’esprit, c’est dans ma douche. Ça peut paraitre étrange, je vous l’accorde. Pourtant, tout est propice à la méditation : le bruit de l’eau qui coule, l’effet thérapeutique créé par la chaleur de l’eau, l’odeur de mes savons aux huiles essentielles, etc. Tant qu’à être obligé de le faire, autant en profiter pour se détendre, fermer les yeux, respirer par le ventre et définir nos intentions. C’est aussi un des seuls moments où je me contente de faire une seule chose à la fois. Puisque je prends toujours ma douche le soir, ça me permet de faire le tri de ma journée et de me vider la tête. Je me sens davantage prête à dormir après ce petit rituel. Pour ceux et celles qui prennent leur douche le matin, c’est une belle façon de réveiller votre esprit tout en planifiant vos priorités et buts de la journée. Récemment, Josée-Anne de Bulles et Bottillons nous proposait, sur sa page Facebook, d’accrocher un bouquet d’eucalyptus dans la douche. Les effets de la vapeur libèrent les huiles essentielles et on en ressent immédiatement les effets (anti-inflammatoire, antiseptique, antistress, etc.). Je compte certainement l’essayer!

5dc027ec99ab1fdee9914352ea26bc42Source : www.brit.co/diy-natural-air-freshners

  • Les files d’attente

Parce que lorsqu’on attend quelque part, on a toujours l’impression de perdre notre temps, c’est l’occasion idéale pour lâcher-prise, respirer et laisser aller les choses qui nous stress ou nous tracassent. Faisons autre chose que de rester les yeux rivés sur notre téléphone. Essayerez-vous la prochaine fois?

  • Le brossage de dents

Je ne me souviens plus d’où ça me vient, mais j’ai commencé à le faire il y a quelque temps. Je profite des quelques minutes que dure mon brossage de dents pour penser à des choses positives ou pour me concentrer uniquement sur ma personne, sans penser à autre chose. C’est en commençant à faire cet exercice que je me suis rendu compte du nombre d’éléments qui pouvait spinner dans ma tête en si peu de temps. Ce n’est pas pour rien que nous sommes si fatigués à la fin de notre journée! Je trouvais ça difficile au début, mais maintenant que j’en ai pris l’habitude, c’est devenu un petit rituel apaisant. Je me brosse les dents = je me vide la tête. Vous pouvez aussi vous choisir un mantra à répéter dans votre tête pour la durée du brossage. Ça donne une belle petite pause à notre esprit!

  • Le lit

Pour celles qui n’ont pas d’espace zen pour la lecture ou la méditation à la maison, le lit peut facilement devenir l’endroit de prédilection. Adolescente, je faisais absolument tout dans ma chambre puisque c’était MA pièce de la maison; manger, écouter la télévision, étudier, travailler à l’ordinateur, etc. Dans ma propre maison, ma chambre est uniquement un espace pour lire, dormir et me reposer. C’est une pièce qui rime avec calme et bien-être. J’aime intégrer la méditation à ma routine de 2 façons : le matin, toujours couchée (après la sonnerie du cadran), je me concentre sur mon intention de la journée en prenant de grandes respirations. Je tente d’éliminer toute pensée négative de mon esprit. Sinon, puisque j’ai moins de difficulté à me vider la tête après avoir lu et que je lis souvent avant de dormir, je choisis ce petit moment, juste après avoir fermé mon livre, pour méditer quelques minutes.

7b99dfa04efb9870c5a090ec7b7578c5Source : Instagram @bonnylynnn

C’est bien beau tout ça, mais pourquoi méditer me direz-vous? C’est difficile à croire parce que ça nous semble simple, mais la méditation peut être efficace pour une tonne de choses. Sa pratique est bénéfique autant au niveau psychologique et physiologique que pour le développement personnel et l’aspect relationnel. Anxiété, dépression, stress, hyperactivité, insomnie, concentration, prise de décision, focus, estime de soi, hypertension, inflammation…toutes des choses sur lesquelles peut jouer la pratique de la méditation. Ça vaut la peine d’essayer!

Avez-vous l’habitude de méditer?
Continue Reading